Les louves partent à la conquête du Far West

Saison 2018-2019Le Théâtre du Loup a dégainé sa 41e affiche dimanche. En joue, les femmes et l’Amérique.

En décembre, le Loup accueille «Wild West Women».

En décembre, le Loup accueille «Wild West Women». Image: PHILIPPE RAPPENEAU

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À peine cuvé son 40e anniversaire, le Loup se remet en selle. Ou plutôt la louve, puisqu’un contingent largement féminin s’apprête cette saison à faire main basse sur la ville, armé d’un colt à neuf coups: quatre créations et cinq accueils.

«Sans même s’en rendre compte, on a fait de la discrimination positive», avoue la co-shériffe du théâtre, Rossella Riccaboni, en évoquant trois projets emmenés par des cow-girls. Le premier est signé de la metteure en scène Zoé Reverdin, qui adapte à la scène le roman de F. Scott Fitzgerald, «Gatsby le Magnifique». Une intention de longue date, qui permet à son instigatrice de tracer un parallèle entre les années 20 du siècle passé et celles qui se présentent sous de comparables auspices en ce XXIe.

Seconde proposition à haute teneur en œstrogène, un «Wild West Women» accueilli de Fribourg, avec deux comédiennes pour interpréter 66 petites gens de l’Amérique des pionniers au milieu du XIXe. L’auteure de ce feuilleton rocambolesque, Caroline Le Forestier, assure en direct l’évocateur bruitage des neuf épisodes de 25 minutes, enchaînés avec deux entractes.

La troisième à dégainer n’est autre que la squaw de la Comédie, cette fois, Natacha Koutchoumov. Elle créera en mars un «Summer Break» librement inspiré du «Songe d’une nuit d’été» shakespearien, qu’elle inoculera d’une fictive audition de casting. Puisant dans ses souvenirs, la comédienne y éclairera la difficulté pour une jeune femme de se soumettre au regard masculin.

Les quotas de genre seront en revanche à peu près équivalents sur le tout premier spectacle à se révéler dès octobre, «Mais qui sont ces gens?» En effet, le metteur en scène genevois Julien George a passé commande auprès de sa compatriote l’auteure dramatique Manon Pulver d’une comédie sur les risques d’un usage immodéré du smartphone…

L’autre cofondateur historique du lieu, Éric Jeanmonod, donnera une inclinaison plus occidentale à l’axe thématique qui traverse la saison. En mai, sa création s’emparera d’un récit de l’un de ses romanciers de prédilection, l’Étasunien Donald Westlake, pour laquelle il promet une grouillante distribution. «Jimmy the Kid» voit le très anti-héroïque malfrat John Dortmunder entreprendre ce coup fumant: kidnapper un gosse de riche contre rançon. Mais rien ne se passera évidemment comme prévu…

Face à l’Amérique, la Russie – à l’ancienne. «Nous voulons rappeler les bons côtés de ces pays, abstraction faite de leurs dirigeants», confie le même Jeanmonod. Ainsi la Torche rouge en provenance de Novossibirsk viendra en janvier à la Queue d’Arve donner des «Trois sœurs» fleuves de Tchekhov, en langue des signes. Pour les deux accueils restants, ainsi que le festival C’est déjà demain et les Soirées Loop, surprise. Ou consulter le site Internet.

Théâtre du Loup Programme complet sur www.theatreduloup.ch (TDG)

Créé: 17.09.2018, 18h27

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.