Passer au contenu principal

Zep: «Dans «Happy Sex», je ne me fixe aucune limite»

Vidéo exclusive: Dix ans après, l’auteur genevois explore à nouveau le thème de l’intimité. Irrésistible!

Un extrait de «Happy Sex 2». Zep présente volontiers cet album comme un «Titeuf pour les grands».
Un extrait de «Happy Sex 2». Zep présente volontiers cet album comme un «Titeuf pour les grands».
ed. delcourt

Chaud bouillant! Dix ans après un premier album de «Happy Sex», Zep revient avec un second volume «réservé aux adultes», comme l’indique très clairement une pastille apposée sur la couverture. «Une sorte de Titeuf pour les grands», confie le dessinateur genevois dans son atelier, sur la Rive droite, entre une reproduction géante d’un distributeur Pez à son effigie, un lot de guitares et un beau portrait en noir et blanc de Bob Dylan, son idole. Obsédé, Zep? Pas tant que ça. Car s’il couche sur le papier une galerie émoustillante de personnages plus ou moins portés sur la chose, c’est toujours avec un humour complice. «Parvenir à rire de ses attentes ou de ses ratages, c’est une bonne manière d’y mettre un peu de légèreté», raconte-t-il en feuilletant cet album aussi irrésistible qu’explicite, publié en Suisse une semaine avant sa sortie en France. Rencontre.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.