Yasmina Reza remporte le Prix Renaudot avec «Babylone»

CritiqueAvec son polar intime et bien ficelé, l'auteure d'«Art» s'intéresse à la complicité entre voisins et au libre-arbitre à l'heure d'un choix moral.

Yasmina Reza.

Yasmina Reza. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Yasmina Reza remporte le Prix Renaudot avec son polar intime Babylone, tandis que le Prix Goncourt a été remis à Leïla Slimani pour Chanson douce.

De quoi parle le livre de l'auteure de la comédie Art? Voilà la critique que nous en faisions fin août.

Faut-il aider son voisin à se débarrasser d’un cadavre? L’héroïne de Babylone, dernier-né de Yasmina Reza, l’a fait. Le récit commence comme un genre de nouveau roman, structuré d’après les pans de mémoire d’Elisabeth, une femme qui s’apprête à fêter ses 60 ans. Son voisin du cinquième étage, Jean-Lino Manoscrivi, est un bon gars au tempérament plutôt doux, dont l’ambition première est de se faire apprécier par le petit-fils de sa compagne. Un parcours semé d’embûches («Jean-Lino lui apprenait à dire des bêtises du genre topodoco, tapadaca pour arriver à tupuducu. Rémi adorait. Il s’est vite débarrassé des premières étapes et répétait en boucle tu pues du cul (…) et le balançait directement à Jean-Lino si possible dehors et à voix forte. J’ai moi-même servi de spectateur à cette saynète dans le hall de l’immeuble.»)

On s’imagine ainsi que le roman va tourner autour de l’amitié complice entre Elisabeth et son voisin, qui n’a aucune chance de se muer en romance – la distance critique observée par la narratrice annihilant tout espoir de ce côté-là («Il était maigre, pas grand, visage grêlé, un long front partant en arrière coiffé sur le côté avec la fameuse mèche recouvrante des gens chauves», «Il s’exaltait à chaque course, se dressant, rugissant, la fourchette brandie, drainant des lambeaux de poireaux vacillants»). Mais non. Le récit va-t-il traiter du cap de la soixantaine, décrit par petites touches finaudes humoristiques («Une fois dans le lit, j’ai demandé à Pierre pourquoi on n’avait jamais utilisé fouet, menottes et compagnie. Il a eu une réaction épouvantable, il a ri»)? Toujours pas.

Après une délicieuse comédie humaine lors de l’anniversaire d’Elisabeth où se mêlent joyeusement l’alcoolique, le timide, l’entreprenante, la fervente défenderesse des animaux tendance new age, celui qui a trop bu ou encore celle qui «se vit proche des jeunes», le récit se transforme. Les invités partis, Elisabeth et son mari ont été se coucher. Jean-Lino sonne à la porte; il vient de commettre un meurtre. Que faire? Commence une sorte de polar irréel où le meurtre est mis en sourdine pour mieux faire résonner l’intériorité de la narratrice. Yasmina Reza met en scène le libre arbitre de chacun dans une situation extraordinaire. Elle s’intéresse aux zones grises de la morale, qui contournent la légalité pour répondre à un impératif différent. Et ce qui surnage, c’est bien la «flamme d’espièglerie» qui existe entre deux personnes. Un très bon roman, qui hante son lecteur.

«Babylone», Yasmina Reza, Ed. Flammarion, 219 pages. Parution le 31 août.

Créé: 19.08.2016, 18h43

Articles en relation

Plumes et potins: le Goncourt des lycéens pour un rappeur

Blog L'essentiel de l'actu littéraire, de la rentrée aux grands prix de novembre. Sur un ton pas trop pédant. Plus...

La nounou tueuse de Leïla Slimani remporte le Prix Goncourt

Littérature L’auteure remporte la récompense littéraire suprême avec «Chanson douce». Réaction de Pierre Assouline, juré du Goncourt. Plus...

Ivan Jablonka remporte le Prix Médicis

Littérature L'auteur éclaire dans «Laëtitia ou la fin des hommes» un fait divers qui a choqué la France ainsi que les thématiques sociales qui y sont liées. Plus...

Yasmina Reza nous dit «Heureux les heureux»

LES LIVRES DE L’HIVER (1) Il s’agit cette fois d’un roman, dont chaque chapitre se voit centré sur l’un des personnages. Mais tous, en fait, se connaissent plus ou moins. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

)6 nouveaux projets en faveur des piétons et des cyclistes
Plus...