«Ce n’est pas un livre pour ou contre Chessex»

LittératureL’écrivain Pierre Fankhauser livre un roman à clés hanté par l’auteur de «L’Ogre», disparu le 9 octobre 2009.

Dix ans après sa mort, Jacques Chessex reste une personnalité qui divise. Dans «Bergstamm», Pierre Fankhauser souligne l’importance que l’écrivain a eue pour lui, sans occulter ce qui fâche.

Dix ans après sa mort, Jacques Chessex reste une personnalité qui divise. Dans «Bergstamm», Pierre Fankhauser souligne l’importance que l’écrivain a eue pour lui, sans occulter ce qui fâche. Image: SEBASTIEN FEVAL

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il y a dix ans jour pour jour, Jacques Chessex s’effondrait en pleine rencontre avec le public, à Yverdon, terrassé par une crise cardiaque. Un an auparavant, Pierre Fankhauser, qui a étudié au Gymnase de la Cité, à Lausanne, où le disparu a enseigné, amorçait un livre autour de la figure du Vaudois goncourisé. S’il n’a pas été son professeur, Jacques Chessex a marqué ses années d’études, à titre personnel mais aussi dans son envie de devenir écrivain.

Voici donc «Bergstamm», qui vient de paraître chez BSN Press, un roman à clés et à tiroirs commencé à Buenos Aires, où l’auteur a vécu 7 ans. L’écrivain, traducteur, enseignant à l’Institut littéraire suisse à Berne et animateur des rencontres Tulalu!?, a mûri son texte durant onze ans. Jacques Chessex n’y est mentionné nulle part, mais la citation reprise en quatrième de couverture se veut explicite: «Le Maître, que la plupart des gymnasiens nommaient malicieusement «Dieu» depuis qu’il avait été couronné par le Prix Goncourt, écrivait dans le café qui proposait, disait-on, les meilleures fondues du canton.»

Pierre Fankhauser assume: «Je trouvais important qu’il ne soit pas nommé, mais qu’il soit reconnaissable.» Ce «Maître», objet de l’admiration du héros Walter Bergstamm, se rêvant écrivain lui aussi, s’avère séducteur, manipulateur, torturé. Et le héros de rapporter, entre autres, la rumeur estudiantine sur les livres que l’enseignant dédicaçait à ses belles élèves comme prélude à une intimité plus charnelle.

Parmi ses conquêtes figure Caudélia. La jeune femme deviendra ensuite la petite amie de Bergstamm. Complexe, la construction du roman intercale dans le récit de cette passion lycéenne hantée par l’ombre de «Dieu» les apparitions d’un dénommé Marc Barrault, qui a été l’élève de Walter Bergstamm devenu lui-même écrivain, professeur et lui aussi récipiendaire du Goncourt.

«En prenant trois générations d’auteurs: «Dieu», Walter Bergstamm et Marc Barrault, j’ai voulu montrer que les mêmes problèmes se posent sur la question de la légitimité, du besoin de faire sa place, avec un rapport de plus en plus apaisé à l’écriture. C’est aussi d’une certaine manière les étapes que j’ai traversées», détaille Pierre Fankhauser. Il ne cache pas que le Walter Bergstamm des jeunes années est son alter ego: «Ce que je raconte dans cette partie-là du livre, je l’ai vécu.»

Le Bergstamm de la maturité par contre emprunte des traits à Jacques Chessex. Car l’écrivain est partout dans ce roman, dont les fils narratifs se croisent et se répondent pour mieux perdre le lecteur entre fiction et réalité. L’écriture même de l’habitant de Ropraz imprègne le livre, puisque l’auteur a repris et retravaillé des textes de Jacques Chessex. L’idylle entre Bergstamm et Caudélia s’inspire ainsi de «L’Ogre», adoptant ici le point de vue de l’étudiant au lieu de celui du professeur Jean Calmet.

«J’ai essayé de comprendre son point de vue»

«En reprenant ses textes, j’ai voulu comprendre son point de vue. Ce n’est pas un livre pour ou contre Chessex, c’est un portrait en ombre et lumière, une possibilité de l’apprivoiser avec ses côtés généreux, charmeurs, drôles, mais aussi bien moins reluisants. Chessex défendait la posture d’écrivain, et cela faisait rêver. Mais d’un autre côté, en voulant prendre sa place, il en a pris trop. J’ai voulu l’apprivoiser aussi pour mieux me comprendre, ainsi que mes questionnements par rapport à l’écriture.»

Pierre Fankhauser adopte ici un style très différent de son premier roman, un «Sirius» très formaliste évoquant l’affaire du Temple solaire. Lorsque le jeune Bergstamm raconte, les phrases s’allongent, l’emphase est au rendez-vous: «Je me suis amusé à accentuer ce style un peu XIXe siècle, presque stendhalien, parce que je me suis rendu compte que la partie sur les jeunes années du héros demandait à être racontée comme ça.»

Au final, le jeu de réécriture empêche évidemment de démêler le vrai du faux. Si l’on ne connaît pas l’œuvre de Chessex, on lira donc «Bergstamm» comme un roman d’apprentissage sur les rapports amoureux, sur la vie comme source d’inspiration à l’écriture, mais aussi un questionnement sur l’ambition de l’écrivain. Le tout, en ménageant un certain suspense. Et, sans dévoiler la fin, on dira tout de même que Pierre Fankhauser y livre malicieusement quelques clés. Ou pas…

Créé: 09.10.2019, 12h17

Le livre



"Bergstamm"
Pierre Fankhauser
BSN Press, 206 p.

Les commémorations à venir

Le Centre culturel des Terreaux, à Lausanne, ouvre son festival dédié à Jacques Chessex (une pièce et un film) mercredi, date anniversaire marquant
le 10e anniversaire de la disparition de l’écrivain.

Payerne et Ropraz, lieux, respectivement, de naissance et de résidence du Vaudois, ont reporté les commémorations. Dans la première commune, on a toutefois prévu un article spécifique avec un mot de la Municipalité, qui paraîtra en novembre dans la prochaine édition du journal d’information communal.

À Ropraz, le programme était plus ambitieux, avec l’inauguration d’une balade au nom de l’écrivain et d’un banc commémoratif. Tout a été repoussé au début de l’année prochaine, car le restaurant cher à Jacques Chessex, dans lequel devait se dérouler la partie officielle, est en cours de rénovation.

S.MR

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...