Deux points de vue sur l'IVG racontés avec douceur en BD

SantéL'autrice Aude Marmillod met en scène sa propre expérience et prête ses mots et ses traits à celle du médecin Marc Zaffran (Martin Winckeler).

Aude Marmillod raconte en mots et en dessins sa rencontre avec Martin Winckler dans un café de Montréal. Avec la même douceur, elle relatera chacun de leurs parcours.

Aude Marmillod raconte en mots et en dessins sa rencontre avec Martin Winckler dans un café de Montréal. Avec la même douceur, elle relatera chacun de leurs parcours. Image: Casterman/DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est une histoire profondément humaine. Ou plutôt deux histoires, voire même trois. Il était une fois, donc, une autrice basée à Lyon, Aude Mermilliod, qui décide un beau jour de raconter sous forme de BD son interruption volontaire de grossesse, qui s’était déroulée huit ans auparavant.

Après avoir posé le scénario sur papier, elle décide de contacter Martin Winckler (de son vrai nom Marc Zaffran), qui avant d’être écrivain a pratiqué la médecine générale. Leur rencontre dans un café de Montréal est la première de ces trois histoires. Elle introduit un flash-back sur celle d’Aude Mermilliod, de sa vie de serveuse, de ses amours volages sous stérilet, de son test de grossesse positif, de sa décision de se faire avorter, de la procédure en elle- même et du trauma qui s’est ensuivi.

Après le premier chapitre plutôt léger de la rencontre, on passe dans la sincérité grave du ressenti, du questionnement et des souffrances. «Si tu décides de raconter, il faut vraiment tout dire, même si cela pourra faire lever un sourcil à certains ou que d’autres te diront que tu es un peu givrée sur les bords», s’est-elle dit à elle-même au moment de commencer son œuvre.

Enfin, avec les mêmes codes couleur d’orange, de jaune, de vert, de marron et de rosé, avec ce trait doux et moderne, elle raconte l’histoire si touchante du jeune généraliste Marc, qui passe d’une totale méconnaissance de l’IVG à la pratique bienveillante et soucieuse du confort de ses patientes. Deux récits opposés, mais dont les échos vont dans le même sens: dire fort ce que l’on censure trop souvent. (TDG)

Créé: 11.05.2019, 17h21

L'album

«Il fallait que
je vous le dise»

Aude Mermilliod, Éd. Casterman, 168p.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Genevois disent oui à la RFFA
Plus...