La romancière Han Suyin meurt à Lausanne

Littérature La célèbre romancière Han Suyin est décédée vendredi à Lausanne, où elle résidait, a annoncé dimanche l'agence italienne Adnkronos. Elle avait 95 ans.

Ses romans et essais politiques et historiques, sa carrière mouvementée et ses rencontres avec Indira Gandhi, Mao Zedong et Zhou Enlai lui ont valu une notoriété mondiale.

Ses romans et essais politiques et historiques, sa carrière mouvementée et ses rencontres avec Indira Gandhi, Mao Zedong et Zhou Enlai lui ont valu une notoriété mondiale. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ses romans et essais politiques et historiques, sa carrière mouvementée et ses rencontres avec Indira Gandhi, Mao Zedong et Zhou Enlai ont valu une notoriété mondiale à Han Suyin.

Née en 1917 en Chine du Nord, d'un ingénieur chinois et d'une intellectuelle belge, Rosalie Tchou reçut une éducation européenne, n'apprit le chinois qu'à 15 ans et paya ses premiers cours en travaillant comme secrétaire dans une fondation américaine à Pékin. Après avoir étudié la médecine en Chine, en Belgique et en Angleterre, elle devint sage-femme et pédiatre, puis dirigea une clinique à Singapour.

C'est après son premier mariage, avec un diplomate chinois devenu attaché de presse à Londres et général et aide de camp de Chang Kaichek, que Han Suyin abandonne la médecine et commence à écrire en chinois, en anglais et en français. Elle s'installe à Hong Kong et publie «Multiple splendeur». Ce premier roman est adapté à l'écran en 1955 par Henry King sous le titre «La colline de l'adieu».

L’œuvre majeure de la romancière est une autobiographie en cinq volumes: «L'arbre blessé», «Une fleur mortelle», «Un été sans oiseaux «, «Ma maison à deux portes» et «La maison du phénix» (1964- 1979). On lui doit aussi «Le premier jour du monde», «Le déluge du matin», «Les cent fleurs», «Jusqu'au matin», «Et la pluie pour ma soif», «S'il ne reste que l'amour», ainsi qu'une biographie de Mao et une étude sur le Tibet.

Très attachée à la Chine - sa famille est l'une des plus anciennes du pays -, favorable au maoïsme, l'écrivain n'a cependant jamais adhéré au parti communiste et a rompu avec le régime de Pékin après la «révolution culturelle».

Lausannoise d'adoption

Elizabeth-Kuanghu Comber - c'est son nom pour l'état-civil - s'est remariée deux fois après la mort de son époux chinois: avec un sinologue anglais d'abord, puis avec un colonel et ingénieur indien domicilié à Lausanne, où elle résidait depuis de nombreuses années.

Bien que retournant fréquemment en Chine, elle est restée fidèle au Pays de Vaud, qui lui a inspiré l'un de ses romans, «La cité des sortilèges». Elle a volontiers comparé la courtoisie suisse à la courtoisie asiatique: elle s'est dit frappée par la politesse des contrôleurs CFF, qui disent «merci» à chaque voyageur présentant son billet de train.

Han Suyin était également «marraine» du bourg valaisan St-Pierre de Clages, où elle a inauguré en 1996 la Maison du livre. Ses funérailles sont prévues jeudi à Lausanne. (ats/nxp)

Créé: 04.11.2012, 12h17

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...