Passer au contenu principal

AutobiographieLine Renaud dévoile une folle romance à Las Vegas

La chanteuse et actrice française Line Renaud évoque pour la première fois la liaison tumultueuse qu'elle a entretenue pendant 18 ans avec le fondateur du Caesars Palace.

Line Renaud a été «époustouflée» par le fondateur du célèbre casino de Las Vegas.
Line Renaud a été «époustouflée» par le fondateur du célèbre casino de Las Vegas.
AFP

«J'ai choisi, dans ce livre, de ne rien cacher quoi qu'il m'en coûte. On aime pas malgré, on aime avec: les défauts, les erreurs, les faiblesses ou les mensonges. Et la lucidité, loin d'abîmer cet amour, le fortifie», écrit Line Renaud, dans «Et mes secrets aussi», une autobiographie co-écrite avec Bernard Stora (éd. Robert Laffont).

Ce «secret», la chanteuse et comédienne, qui fêtera ses 85 ans le 2 juillet, attend la page 332 pour lui donner un nom. En 1963, Line Renaud, qui vient de triompher au Casino de Paris, s'envole pour Las Vegas pour y mener une revue. D'abord déprimée par l'éloignement avec la France et son mari Loulou Gasté, la chanteuse de 37 ans s'adapte peu à peu à la vie locale, dont elle découvre rapidement les liens avec la Mafia.

Toute la ville ne parle que de l'extravagant projet de construction du Caesars Palace, financé par le patron du syndicat des routiers Jimmy Hoffa, et dont la présidence est confiée à un certain Nate Jacobson. Ce «petit homme assez quelconque», dont un petit portrait en noir et blanc est reproduit dans le livre, «l'époustoufle» et lui fait découvrir le plaisir charnel.

Un amour passionnel

C'est le début d'une liaison qui, pendant 18 ans, mêlera «élans passionnés, fous rires homériques et violentes disputes». «Chaque fois que je l'ai retrouvé, à Las Vegas, New York, Paris, Venise ou ailleurs, ma réaction a été la même: 'Ce n'est pas un bel homme, il est autoritaire, colérique. Loulou le vaut cent mille fois. Je dois rompre immédiatement.' Et puis Nate se mettait à parler. Et plus il parlait, plus mes bonnes résolutions fondaient», confie-t-elle.

Son amant vient la retrouver pour des escapades en Europe quand elle rentre en France fin 1965. De retour à Las Vegas, elle l'aide à monter une revue dans un nouveau casino, faisant ses premiers pas de productrice et de directrice artistique.

Leur histoire ne s'achèvera véritablement qu'à la mort de Nate Jacobson en 1987. Pendant tout ce temps, son mariage avec Loulou Gasté, est «dans une période intermédiaire», raconte Line Renaud. Le compositeur de vingt ans son aîné, qu'elle a épousé à 22 ans, sait tout de la liaison de sa femme.

Lui-même s'amourache d'une danseuse du Crazy Horse, Bonita Super, une jeune beauté blonde aux yeux bleus. Malgré ces aveux, Line Renaud ne cesse de témoigner de «l'immense amour» qu'elle a porté à son mari. Le récit s'achève d'ailleurs à la mort de celui-ci en 1995. «Si j'ai été son don du ciel, il a été le mien», écrit-elle.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.