Lili Hinstin, le nouveau visage de Locarno

CinémaOn connaît désormais l’identité de la directrice artistique du festival du film.

Lili Hinstin va désormais gouverner le Locarno Festival: «Je ne connais pas d’autres festivals où la programmation est aussi exigeante et le public aussi nombreux et enthousiaste».

Lili Hinstin va désormais gouverner le Locarno Festival: «Je ne connais pas d’autres festivals où la programmation est aussi exigeante et le public aussi nombreux et enthousiaste». Image: SABINE CATTANEO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ces derniers jours, les rumeurs concernant la succession de Carlo Chatrian à la direction artistique de Locarno partaient dans tous les sens. Ce serait un Suisse, et probablement une femme. Autre son de cloche à l’international: ce serait un homme et sans doute le directeur d’un grand et prestigieux festival. Mais on connaît les rumeurs. Elles finissent par s’effondrer tels des châteaux de sable. Le conseil d’administration a validé hier la candidature «qui correspondait le mieux au profil que la Présidence, le Conseil de direction et le conseil d’administration désiraient», selon les dires de Marco Solari, président de Locarno. Et c’est le nom de Lili Hinstin qui s’est imposé. Elle assumera désormais la tâche de directrice artistique du Locarno Festival et prendra ses fonctions le 1er décembre. Jusqu’alors directrice du festival Entrevues de Belfort - dont la physionomie n’est pas si différente de celle de Locarno - Lili Hinstin figurait au début sur la liste des pronostics. Diplômée en langues, littérature et civilisation étrangères des universités de Paris et Padoue, elle a fondé il y a quelques années sa société de production, «Les Films du Saut du Tigre». Elle a également programmé les activités cinématographiques de l’Académie de France à Rome. Directrice d’Entrevues à Belfort depuis 2013, née en 1977 à Paris, elle a été adjointe à la direction artistique de Cinéma du Réel, à Paris, entre 2011 et 2013. «Pour moi, Locarno, c’est le festival rêvé, s’enthousiasme Lili Hinstin au téléphone. Je ne connais pas d’autre manifestation où la programmation est aussi exigeante et le public, si nombreux et enthousiaste». Incidemment, la nouvelle directrice sous-entend ainsi que la ligne du festival devrait rester la même. Et le confirme: «De façon générale, j’ai l’intention de travailler dans la veine éditoriale conçue par les directeurs artistiques qui m’ont précédée, Carlo Chatrian ou Olivier Père», annonce-t-elle. Le ton est rassurant, on sent une gourmandise cinéphile agréable à entendre. Même type de réponse à propos de la rétrospective, si importante à Locarno: «J’adore cette section, elle restera telle que vous la connaissez. D’ailleurs, quand je viens à Locarno, j’aime toutes les sections. Et toutes les formes de cinéma.» Renouvellement des formes L’assertion définit le type de cinéphilie de la dame. «Éclectique, mais pas généraliste», tient-elle à préciser. «En même temps, mes travaux, tels qu’on a pu le constater à Belfort ou à la Villa Médicis, à Rome, restent très pointus. Ce qui m’intéresse, c’est le renouvellement des formes. C’est aussi pour cela que j’aimerais que Locarno s’ouvre à de nouvelles expressions. Je pense en particulier à la VR (ndlr: Virtual Reality), qui n’est pas encore implantée au festival.» Si elle connaît surtout Locarno comme spectatrice, et pour y avoir suivi les rencontres de l’Industry, Lili Hinstin avoue que vu de l’extérieur, le festival ressemble à une grosse machine: «Je trouve le staff extraordinaire et pense le conserver. En revanche, je vais renouveler sans doute le comité de sélection. Je les estime tous, mais j’estime que c’est plus sain lorsque les gens changent.» De son côté, Marco Solari se projette dans un avenir lointain. Et mentionne déjà, dans un communiqué, l’anniversaire des 75 ans du Locarno Festival, qui aura lieu en 2022: «Les prochaines années seront décisives pour arriver à organiser un festival qui, sans renier son histoire (…), saura interpréter les changements des sociétés dans le monde et du cinéma en général.» Lili Hinstin ne se projette pas encore aussi loin. «Mon mandat court sur trois ans (ndlr: évidemment renouvelables), mais j’ai d’abord besoin de comprendre les dynamiques à l’œuvre dans le festival», conclut la directrice artistique. La seule femme à avoir occupé ce poste auparavant reste Irene Bignardi, de 2001 à 2005.

72e Locarno Festival 7 au 17 août 2019

ZimmermannPa Timestamp 24/08/2018 18:10:00 Comment

Créé: 24.08.2018, 18h38

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Levrat quitte la présidence du PS
Plus...