Passer au contenu principal

Le leader d’Eagles of Death Metal, entre dévotion et amour des armes

Le groupe vient mardi soir achever son concert à Paris, interrompu tragiquement le 13 novembre. Une «mission» animée aussi par les valeurs très conservatrices de Jesse Hughes.

Jesse Hughes, le chanteur du groupe.
Jesse Hughes, le chanteur du groupe.
Keystone

Avant leur concert mardi soir à l'Olympia, à Paris, les membres du groupe Eagles of Death Metal ont multiplié les interviews dans les médias français, avec en substance toujours le même message: oui, il était important de venir terminer le concert interrompu tragiquement le 13 novembre au Bataclan, au nom des victimes, au nom de la résistance à la barbarie. «Je ne peux pas laisser les méchants l’emporter, nous devons terminer ce concert pour nous, pour tous ceux qui étaient au concert au Bataclan», a dit le leader du groupe, Jesse Hughes, à i-Télé. «Mais j’ai peur, j’ai vraiment peur. Je ne veux pas m’écrouler devant tout le monde, je ne veux décevoir personne, c’est ma plus grande crainte», s’est-il confié à l’Agence France Presse.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.