Lave irlandaise sur Genève

DanseAntigel invite «Magma Lady», la nouvelle création de l’ardente chorégraphe de Belfast, Oona Doherty.

«Lady Magma», avant l’acmé sexuel.

«Lady Magma», avant l’acmé sexuel. Image: LUCA TRUFFARELLI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sur dix ans, la planète danse a connu une puissante éruption volcanique. Une explosion de lave causée par l’irruption sur la scène d’Oona Doherty, née en 1986, originaire d’Irlande du Nord – où elle s’est réinstallée après sa formation à Londres –, qui a peu à peu embrasé d’une coulée punk tant les compagnies qui l’ont engagée, les festivals qui l’ont invitée, les artistes qui l’ont assistée, et les audiences qu’elle a possédées au sens occulte du terme. Même Genève s’est avouée calcinée quand, en automne 2018, l’ADC programmait avec Les Créatives son «Hope Hunt & The Ascension Into Lazarus», fulgurante incursion dans la masculinité écorchée des travailleurs de Belfast qu’elle figurait dans un solo tellurique.

Tandis que Doherty est élue artiste associée à la Maison de la danse de Lyon en 2017, elle crée «Hard To Be Soft: A Belfast Prayer», oraison sauvage adressée à la classe ouvrière de sa ville. «J’aime Belfast car elle t’oblige à rester normal, ses artistes t’empêchent de devenir idiot», dit-elle alors. Le projet s’achevait sur la transe d’un groupe d’adolescentes, Sugar Army, qui rendait un culte à la force intrinsèquement féminine. Mais la chorégraphe, insatisfaite, décide de retravailler cette conclusion dans un «Lady Magma» tout chaud, sa première pièce pour cinq danseuses autres qu’elle-même, qu’Antigel nous sert au Lignon.

Sur un tapis baigné d’un halo rose-orange et des sons de David Holmes, les naïades contemporaines vont déployer une gestuelle libératoire façon «flower power», au point d’emporter spectateurs et interprètes dans une même bacchanale. Orgasmique, promet-on.


«Lady Magma»
Salle du Lignon,
mardi 28 et mercredi 29 janvier à 20h30,
Plus d'informations sur antigel.ch

Créé: 27.01.2020, 15h44

Articles en relation

Antigel, 10 ans, va à la ferme

Concerts et spectacles Un concert rock à la campagne, une discothèque à la caserne des Vernets? Deux moments clés du festival, qui entend valoriser les «territoires en transition». Plus...

Ce qu'il ne faut pas rater à Antigel

Genève Le «tour-opérateur» de la culture fête ses 10 ans du 24 janvier au 15 février. Notre journaliste vous propose ses préférences sonores mais pas que. Plus...

Une louche d’anxiété et un bilan rêvé pour Antigel

Festival Le spectacle oppressant et abouti «Le Corridor» a clos une édition remarquable. Plus...

Antigel aux Vernets: un «Made in» décevant, un «Grand Central» séduisant

Festival Vendredi, le festival lançait sa 10e édition avec un son et lumière trop publicitaire pour émouvoir, avant d’aller guincher au chaud dans la caserne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les PV diminuent depuis que les policiers doivent y écrire leur nom
Plus...