Une large majorité éloigne le spectre du référendum

Nouvelle ComédieLe Municipal a approuvé le crédit de 98 millions de francs pour le futur théâtre. Le sort de l’ancienne salle est incertain.

La Nouvelle Comédie devrait voir le jour sur l’esplanade de la future gare des Eaux-Vives en 2019. Le projet a reçu l’aval du Municipal.

La Nouvelle Comédie devrait voir le jour sur l’esplanade de la future gare des Eaux-Vives en 2019. Le projet a reçu l’aval du Municipal. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Nouvelle Comédie est sur les rails. Mercredi soir, le Conseil municipal a accepté le crédit de 98 millions de francs, dont 45 millions à la charge du Canton, avec 56 oui (l’Alternative et l’Entente) contre 12 non (MCG et UDC) et 7 abstentions. Une majorité confortable qui devrait balayer l’hypothèse du référendum évoqué par le MCG. «Nous avons été fortement minorisés sur l’échiquier politique. Nous n’allons pas nous battre contre des moulins à vent», a réagi hier Pascal Spuhler.

Cette décision tient aussi aux conditions posées par les conseillers municipaux. L’une d’elles concerne le sort de l’ancienne Comédie. Le PDC a déposé un amendement accepté de justesse (37 oui contre 36 non) qui exige la vente ou la mise en droit de superficie, sans rénovation, de la vieille dame centenaire installée sur le boulevard des Philosophes.

Un bâtiment à vendre

Le PDC Alain de Kalbermatten entend ainsi éviter «la multiplication des salles subventionnées». La Comédie aurait, selon l’élu, nécessité une rénovation de 20 millions de francs. «Aujourd’hui, nous nous lançons dans un magnifique projet, celui de la Nouvelle Comédie, que nous avons toujours soutenu. Nous souhaitons juste nous assurer que l’ancienne salle ne deviendra pas un jouet supplémentaire, un autre lieu culturel à la charge de la Ville, qui a toujours voulu additionner. Désormais, nous n’en avons plus les moyens.»

«Que voulez-vous, je vais bien devoir me mettre en chasse, s’emporte Rémy Pagani, magistrat en charge des Constructions et de l’Aménagement. Un impératif m’a été posé, qui a quasi valeur de loi. Mais je me demande qui va bien vouloir reprendre un tel bâtiment, sauf pour le démolir et le reconstruire. Il n’est pas protégé comme les cinémas, il pourrait donc être transformé en supermarché.» Sami Kanaan, son homologue à la Culture, tempère: «Heureusement, l’amendement ne précise pas que l’éventuel droit de superficie doit être lucratif. Comme notre piste principale concerne la Haute Ecole de musique et la Haute Ecole d’art et de design, qui pourraient utiliser les lieux dans une perspective d’interaction avec le public, elles pourraient en être bénéficiaires.»

Les pronostics divergent

La seconde clause porte sur le partenariat avec le Canton. Un amendement, accepté par tous à l’exception d’Ensemble à Gauche, conditionne la libération du crédit au vote du Grand Conseil. Si les députés, qui devraient se prononcer sur le dossier d’ici à la fin de l’année, refusaient d’accorder la somme prévue, le Conseil municipal serait à nouveau saisi du dossier. Sur l’issue de ce vote futur, les pronostics divergent. «Etant donné le mauvais état des finances du Canton et d’après les bruits de couloir, je ne suis pas certain qu’une majorité se dessine en faveur du théâtre», note Pascal Spuhler, qui porte la double casquette de conseiller municipal et de député.

La socialiste Nicole Valiquer Grecuccio, qui siège également dans les deux Législatifs, se montre plus optimiste. «Ce bâtiment est emblématique dans le cadre du projet du CEVA pour lequel le Grand Conseil s’est beaucoup engagé. Et François Longchamp (ndlr: président du Conseil d’Etat) est très convaincant, il aura un poids certain auprès des députés.» Bénédicte Montant, députée PLR et présidente de la Commission des travaux, assure vouloir avancer rapidement sur ce sujet «essentiel pour Genève». L’examen du projet commencera en juin. «Je ne veux pas présupposer des débats, mais le signal donné par la Ville est très positif.»

Afin de pouvoir inaugurer la Nouvelle Comédie sur l’esplanade de la future gare des Eaux-Vives en 2019, les travaux devraient commencer en 2016. (TDG)

Créé: 21.05.2015, 20h02

Articles en relation

Le crédit pour la construction de la Nouvelle Comédie est voté

Ville de Genève Une large majorité du Conseil municipal de la Ville a accepté de financer le projet culturel. Avec des cautèles. Plus...

Le MAH et la Nouvelle Comédie entre les mains des élus

Politique culturelle Le Municipal de la Ville se prononce la semaine prochaine sur les budgets - 120 millions de francs au total - pour l’agrandissement du Musée d’art et d’histoire et pour le théâtre à la gare des Eaux-Vives. Plus...

Nouvelle Comédie: et si l’Etat se défilait?

Politique culturelle MCG et UDC s’opposent à la construction de la Nouvelle Comédie. Selon ces partis, la Ville n’en a pas les moyens. Plus...

Olivier Py: «Genève doit avoir un théâtre à sa hauteur»

Scènes Le metteur en scène était à La Comédie pour présenter son édition du Festival d’Avignon. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Harcèlement: la parole des femmes se libère
Plus...