Passer au contenu principal

Le journal comme matrice d’une œuvre

Artvera's expose le travail de quatre jeunes artistes qui explorent les objets du quotidien. Laetitia de Chocqueuse fait se rencontrer fiction et réalité dans un titre de presse.

Julien Gremaud

Il est rare de contempler, ensemble, la première et la dernière page d’un quotidien. Entre elles se trouve consignée l’actualité d’un seul jour, comme l’instantané d’une vision du monde saisi sur la ligne infinie du temps. Épinglé au mur de la galerie Artvera’s, ce cahier de «L’Émanticipation» est parfaitement fictif: il a été réalisé à la peinture à l’huile et à l’encre sur toile de lin par Laetitia de Chocqueuse pour l’exposition «Infra-ordinaire». Laquelle invite à une réflexion contemporaine sur l’environnement domestique, à travers le travail de quatre jeunes artistes qui extirpent les objets familiers de l’invisibilité où les a plongés la banalité pour les réenchanter.

«J’aime l’esthétique des journaux, commente l’auteure de cette pièce étonnante. Il s’agit du condensé d’un moment, un objet destiné à devenir un déchet dès qu’il paraît mais qui détient une aura de preuve.» Née en 1983, la plasticienne française concède en fabriquer depuis l’enfance. C’est aussi à un âge tendre qu’elle a commencé une vaste recherche iconographique, stockant les images par milliers dans des boîtes et son ordinateur, comme autant de «signes et d’indices» du réel.

Elle plonge dans cette archive personnelle pour composer ses gazettes, dont elle conçoit les maquettes numériquement avant de les reproduire à la main. «L’Émanticipation» place le spectateur dans le futur, le 25 septembre 2031 précisément, afin d’y questionner un présent assez inquiétant. Une mine de diamants risque l’engloutissement et l’histoire ne sera plus enseignée à l’école, lit-on par exemple. Laetitia de Chocqueuse jette un pont intrigant entre le vrai et l’imaginaire. D’abord, elle tire des images de la réalité pour les faire basculer dans la fiction. Puis, le journal inventé fonctionne à son tour comme matrice à la production d’œuvres concrètes, chacun de ses éléments annonçant les prochains tableaux, installations ou sculptures de l’artiste.

Infra-ordinaire Jusqu’au 27 juillet chez Artvera’s, 1, rue Étienne-Dumont. www.artveras.ch

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.