Isabelle Graesslé quitte la direction du Musée de la Réforme

InstitutionLes moyens mis à disposition ne correspondaient pas aux ambitions de la théologienne.

Isabelle Graesslé était à la tête du musée depuis sa création, en avril 2005.

Isabelle Graesslé était à la tête du musée depuis sa création, en avril 2005. Image: Steeve Iuncker-Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La nouvelle en a surpris plus d’un. Jeudi, le Musée international de la Réforme (MIR) a annoncé que sa directrice, Isabelle Graesslé, quittait l’institution. En l’absence de propos de l'intéressée, qui n’a pas retourné nos appels, difficile d’en savoir plus. Et le conseil de Fondation du musée ne souhaite pas apporter de complément au communiqué de presse, qui commence par rendre hommage à l’ex-directrice: «Non seulement a-t-elle su rendre cette institution incontournable dans le paysage muséal genevois, mais elle a tissé des liens, tant nationaux qu’internationaux, avec d’autres musées et institutions artistiques et historiques, portant loin le renom du MIR.»

Mais apparemment, les moyens mis à disposition n’étaient pas à la hauteur des ambitions d’Isabelle Graesslé. «Le conseil a le regret de voir cette dernière vouloir donner une nouvelle orientation à sa carrière, ne pouvant lui offrir l’ampleur des projets d’expansion auxquels elle devait légitimement aspirer.» Car «le MIR, conscient des contraintes budgétaires de notre temps, entre dans une nouvelle phase de son existence, de consolidation de ses acquis et de modernisation à l’intérieur de sa structure actuelle.» Rappelons que l’institution est uniquement financée par des privés.

Un intérim administratif a été mis en place, et le conseil de Fondation est à la recherche de sa nouvelle tête. S’agira-t-il d’un profil d’historien ou bien de théologien, comme Isabelle Graesslé? Bardée de diplômes, l’Alsacienne d’origine a été la première modératrice de la Compagnie des pasteurs de Genève. Elle a dirigé le musée dès sa création, en avril 2005. Sa mission: faire connaître l’histoire de la Réforme au grand public. Pari réussi grâce à une muséographie vivante, qui a reçu le Prix du Musée du Conseil de l’Europe en 2007. Sans oublier des animations originales, telles les visites à la lampe de poche. En 2011, l’institution s’est dotée de salles supplémentaires consacrées aux XIXe, XXe et XXIe siècles.

Président de l’Eglise protestante de Genève (EPG), Emmanuel Fuchs rappelle que le musée est indépendant de l’Eglise, hormis le fait que l’EPG loue ses locaux au MIR. Le pasteur souligne le travail remarquable accompli par l’ex-directrice: «Pour nous, c’est important d’avoir un lieu qui rappelle la richesse de notre histoire, et Isabelle Graesslé l’a très bien fait.»

Dans le milieu culturel genevois, on relève le dynamisme d’Isabelle Graesslé, qui a implanté le MIR sur la carte muséale genevoise. «Elle s’est totalement investie dans ce musée, rapporte Sami Kanaan, magistrat en charge de la culture à la Ville. Avec des moyens modestes, elle est parvenue à le faire rayonner. Et elle s’est beaucoup impliquée dans la collaboration avec les institutions publiques, notamment dans le cadre de la Conférence des musées genevois.»

Quant à Jean-Yves Marin, directeur des Musées d’art et d’histoire, il ne tarit pas d’éloges: «C’est une grosse pointure intellectuelle. Vu d’où elle vient, elle aurait pu créer un musée militant, mais elle en a fait un lieu très ouvert, qui aide à comprendre les religions à partir du protestantisme. De par sa formation, non muséale, elle a apporté un regard neuf, une profondeur. Mon souhait le plus cher est qu’elle continue à participer à la vie culturelle genevoise. Nous avons besoin d’une voix comme elle.» (TDG)

Créé: 26.02.2016, 19h42

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève des travailleurs du bâtiment
Plus...