Passer au contenu principal

«L’humour est une forme d’intelligence»

Le metteur en scène italien Stefano Poda a inséré dans son décor des «Contes d’Hoffmann» «quelques pièces chéries» qui sont aussi ses «souvenirs d’artistes» et ses «obsessions».

Sur le plateau, vous avez installé toutes vos sculptures. Où sommes-nous?

Pouvez-vous commenter quelques pièces et leur rapport aux «Contes d’Hoffmann»

Parlez-vous là du personnage de l’opéra ou de l’écrivain Hoffmann?

Vos spectacles sont souvent sombres et tragiques. Comment traitez-vous la dimension humoristique présente chez Offenbach?

Quel rôle donnez-vous au diable dans ce contexte?

Ce cabinet de curiosités n’est-il pas aussi le vôtre, et Hoffmann votre double?