«Hulul», séance de «méditation dynamique» pour grands et petits

La Bâtie - Festival de GenèveLe hibou inventé en 1976 par Arnold Lobel passe du papier à la scène grâce à Aurélien Patouillard et Marion Duval.

La danseuse, clown et comédienne Marion Duval expérimente devant vous les doutes métaphysiques d’un hibou.

La danseuse, clown et comédienne Marion Duval expérimente devant vous les doutes métaphysiques d’un hibou. Image: DOROTHÉE THÉBERT FILLIGER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une majorité de quadras s’est probablement plongée un jour ou l’autre durant l’enfance dans les contes illustrés de l’Américain Arnold Lobel. Notamment dans les abîmes philosophiques fréquentés par «Hulul», du nom de ce hibou fantasque qui, de nuit, hulule à qui mieux mieux les mystères insondables de son quotidien.

«Cela faisait déjà quelques années que je songeais à transposer ses aventures dans un spectacle jeune public», nous confie l’espiègle Aurélien Patouillard, comédien français formé à la Manufacture de Lausanne, souvent repéré sur les plateaux genevois. Pour incarner son héros à plumes, il pense aussitôt à sa consœur Marion Duval, elle aussi gâtée par les fées des tréteaux, «histoire de glisser une ambiguïté sur les genres». «Je voulais aussi m’écarter du livre en lui donnant plus d’énergie, et en renforçant le contact avec le spectateur, qu’il soit enfant ou adulte», ajoute le metteur en scène aujourd’hui en résidence au Théâtre Saint-Gervais.

Destinée aux 6 ans et plus, l’épopée créée en janvier 2018 à l’Arsenic lausannois se veut ainsi résolument domestique. Aux antipodes d’un monde enchanté conventionnellement propice aux vertiges métaphysiques. Non, c’est bien arrimée à sa chambre «aux couleurs pop», préalablement construite par ses soins, qu’Hulul se creuse les méninges sur le dedans et le dehors, les lois de la matière ou les canulars de l’espace-temps.

«Je viens d’une famille qui bricole beaucoup. Je voulais rappeler qu’on peut se fabriquer son espace», étoffe Aurélien Patouillard. Qui complète: «J’ai fait des études de physique appliquée avant de me réorienter. Dans «Hulul», j’emprunte plusieurs notions à la physique quantique, qui abordent des questions concrètes comme l’ici et l’ailleurs». Avec sa compagnie Zooscope, le créateur de «Pachinko» en 2017 choisit d’adresser ces mêmes questions aux petits, qui ont cette aptitude à «croire plus vaillamment».

«Hulul» Théâtre Saint-Gervais, sa 1er sept. à 16 h, di 2 à 11 h et 16 h, www.batie.ch

Créé: 30.08.2018, 19h10

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

30 avions de Swiss immobilisés pour des problèmes de moteur
Plus...