La HEAD envoie l’art dans le futur

ExpositionQuatorze œuvres destinées aux Genevois de 2064 trônent à la Maison Tavel.

Jessica Friedling et Laurent Monnet ont préparé 99 fioles contenant des échantillons de diverses matières.

Jessica Friedling et Laurent Monnet ont préparé 99 fioles contenant des échantillons de diverses matières. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Par une belle journée de l’année 2064, les Genevois seront invités à découvrir comment vivaient leurs ancêtres du début du siècle. Une capsule temporelle comportant quatorze boîtes leur dévoilera les us et coutumes de notre ère à travers des écrits, des photos ou des objets du quotidien.

Ces témoignages ont été réalisés par vingt-neuf étudiants de la Haute Ecole d’art et de design (HEAD). Avant d’être enfermés pour un demi-siècle dans les archives cantonales, les éléments de la capsule sont exposés à la Maison Tavel jusqu’au 9 novembre. L’occasion de découvrir comment les jeunes présentent la Genève d’aujourd’hui.

Moulures, fioles et recettes

«Certains ont laissé de véritables témoignages de notre quotidien, indique Benjamin Stroun, enseignant à la HEAD et commissaire de l’exposition. D’autres ont littéralement mis une part d’eux-mêmes en faisant des moulages de leur corps ou en donnant une mèche de cheveux. Enfin, quelques-uns ont travaillé sur la question plus abstraite du temps qui passe. Ce qui est sûr c’est qu’ils se sont prêtés au jeu avec beaucoup d’enthousiasme.»

Le visiteur pourra ainsi découvrir une palette d’œuvres allant d’un livre de recettes de cuisines proposant des plats qui ne pourront plus se faire dans cinquante ans (faute de matière première), à une gravure de ticket de la Migros ou encore à la présentation d’une série d’objets trouvés dans les rues. Nonante-neuf fioles contenant un échantillon humain, animal, végétal ou alimentaire sont également destinées à témoigner de la diversité de notre environnement tout comme trois moulages en silicone représentant le contenu de sacs à main. «Un pour les jours d’école, un pour les soirées et un pour la vie de tous les jours, indiquent Noémie Pasqual et Melissa Monnier, à l’origine de l’œuvre. Nous voulions que les objets ne soient pas entièrement visibles afin qu’il faille creuser à la manière des archéologues pour découvrir leur utilité».

Pour les futurs historiens

Ce projet a été réalisé à la demande de la Société d’histoire et d’archéologie de Genève (SHAG). «Nous avons fêté les 175 ans de la Société l’année passée, indique Matthieu de la Corbière, membre du comité. A cette occasion, nous avons beaucoup réfléchi à comment l’histoire de Genève avait été abordée depuis 1838 et nous nous demandions comment nos successeurs étudieront notre époque. Nous avons donc décidé de transmettre un témoignage sous forme de capsule temporelle (lire encadré ci-dessous) et nous sommes ébahis du résultat. Les étudiants ont réellement réussi à capturer des instants de notre vie quotidienne. Je me réjouis pour ceux qui découvriront cela car de notre temps, tout devient futile. Nous avons tendance à tout jeter et ne conservons plus les objets.»

Les boîtes composant la capsule temporelle seront remises aux archives cantonales à l’issue de l’exposition. Une convention signée entre l’Etat et la SAHG stipule qu’elles devront être dévoilées en 2064.

L’Histoire à venir. Maison Tavel. Rue du Puits-St-Pierre 6. Vernissage samedi 1er novembre à 14 h. Ouvert jusqu’au 9 nov. de 11 h à 18 h. Fermé le lundi. Entrée libre.

Créé: 31.10.2014, 16h49

La capsule de Gustave Revilliod

La Société d’histoire et d’archéologie de Genève détient une capsule temporelle cachée par le collectionneur Gustave Revilliod en 1865 et découverte en 1935.

L’ancien propriétaire du domaine de Varembé et fondateur du Musée Ariana avait dissimulé la boîte dans le sol de son domaine.

Cette dernière contenait un cahier détaillant la vie de son époque, des journaux, des photos, des pièces et des médailles.

La SAHG a souhaité reprendre ce concept afin de laisser à son tour un témoignage du présent. La capsule de Gustave Revilliod est également présentée à la Maison Tavel dans le cadre de l’exposition.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...