Le Goncourt et les grands prix adorent le goût du sang

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Faut-il mettre en scène un meurtre pour pouvoir prétendre à un prix littéraire? On ne peut s’empêcher de poser la question, tant l’horreur et le sang ont dominé les listes des grands prix français cette année.

Voyons plutôt. Leïla Slimani a remporté ce jeudi 3 novembre 2016 le Goncourt pour Chanson douce, roman noir racontant l’histoire d’une nounou qui tue les deux enfants dont elle a la charge. Le Renaudot est revenu à Yasmina Reza pour Babylone, un polar intimiste dans lequel un voisin commet un meurtre. Le Médicis, décerné mardi à Ivan Jablonka, a couronné un récit-essai partant d’un fait divers atroce, l’assassinat et le démembrement d’une jeune fille en 2011. Finaliste malheureux du Goncourt, Régis Jauffret raconte dans Cannibales la correspondance de deux femmes qui cherchent à assassiner un homme – soit le fils de l’une et le mari de l’autre – afin de le dévorer. Présent sur la dernière liste du Renaudot, Simon Liberati dressait dans California Girls le portrait des hippies gravitant autour du gourou Charles Manson, auteurs du sauvage assassinat de Sharon Tate et de ses amis à Los Angeles.

Autrefois cantonné au polar, le sang dégouline aujourd’hui sur les ouvrages que les grands prix font valoir comme le nec plus ultra de la littérature française. Mais d’où vient ce nouveau goût des jurés pour le gore? Membre de l’Académie Goncourt, Pierre Assouline soutient que les grands prix reflètent simplement «les tendances de la rentrée».

Pourtant, surreprésentés dans les listes des jurys, les romans sanglants sont loin de dominer la production littéraire de l’automne. On s’étonne ainsi que le touchant récit de Laurent Mauvignier sur le voyage d’un ado et de sa mère dans les steppes du Kirghizistan ne se soit pas imposé parmi les finalistes, tout comme le puissant roman sur l’éclosion féminine et l’afrocentricité de Léonora Miano. Car sans assassinat, Chanson douce conserve une écriture maîtrisée, mais tout de même bien lisse.

Créé: 03.11.2016, 18h52

Marianne Grosjean, rubrique Culture

Articles en relation

Plumes et potins: le Goncourt des lycéens pour un rappeur

Blog L'essentiel de l'actu littéraire, de la rentrée aux grands prix de novembre. Sur un ton pas trop pédant. Plus...

La nounou tueuse de Leïla Slimani remporte le Prix Goncourt

Littérature L’auteure remporte la récompense littéraire suprême avec «Chanson douce». Réaction de Pierre Assouline, juré du Goncourt. Plus...

Yasmina Reza remporte le Prix Renaudot avec «Babylone»

Critique Avec son polar intime et bien ficelé, l'auteure d'«Art» s'intéresse à la complicité entre voisins et au libre-arbitre à l'heure d'un choix moral. Plus...

Simon Liberati entre sexe, drogue et meurtres hippies

Littérature Dans «California Girls», l’écrivain revient sur l’assassinat de Sharon Tate par la secte de Charles Manson. Plus...

Ivan Jablonka remporte le Prix Médicis

Littérature L'auteur éclaire dans «Laëtitia ou la fin des hommes» un fait divers qui a choqué la France ainsi que les thématiques sociales qui y sont liées. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...