Le génome humain, à la croisée de la science, du musée et du théâtre

Jeune publicLe MEG accueille «Génome Odyssée», une déambulation poétique jusqu’aux origines et aux antipodes.

Magali Heu et David Gobet, guides spirituels enjoués.

Magali Heu et David Gobet, guides spirituels enjoués. Image: JOAN MOMPART

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En voilà, une navigation, qui traverse en moins d’une heure les océans, les âges, les sciences, les arts et… les couloirs d’un musée! L’initiative naît de la rencontre entre une biogénéticienne, Anna-Sapfo Malaspinas, un instigateur, le comédien Ludovic Payet, et une institution, le Musée d’ethnographie de Genève – dont l’exposition temporaire L’effet boomerang s’attache actuellement aux Aborigènes d’Australie.

De par ses thèmes et origines, Génome Odyssée ressemble au ruban d’ADN qui en fonde le propos. Premier brin: la découverte scientifique récente que la moindre de nos cellules porte la trace de l’histoire de l’humanité tout entière. Autrement dit, que nous sommes tous génétiquement marqués par ces ancêtres communs qui ont quitté le continent africain il y a plus de 70 000 ans, pour se rendre, certains en Australie, d’autres en Europe ou en Asie. Second brin: la commande, auprès de l’auteur dramatique genevois Dominique Ziegler, d’un texte sur les mystères de cette mémoire cellulaire, prouvée notamment grâce à l’analyse salivaire d’un échantillon de la population aborigène. Heureuse coïncidence, l’intérêt du MEG pour cette dernière offre le décor idéal à l’équipée.

La «pièce didactique» de Ziegler «part du scientifique pour aboutir au politique», selon ses dires. «Comme nous venons tous d’Afrique, et que ses premiers migrants sont devenus les Aborigènes, nous entretenons un lien étroit avec eux. Il est donc utile de s’arrêter sur le destin tragique d’une civilisation aussi violemment opprimée par la colonisation britannique», avance-t-il.

Sur le dialogue enlevé qu’il compose, vient se greffer le metteur en scène Joan Mompart (à qui l’on doit un retentissant On ne paie pas, on ne paie pas! à la Comédie en 2013). Suite à son édifiant voyage en Australie, celui-ci s’empare de la partition pour mieux l’articuler à l’exposition qui encadre le spectacle. Il confie respectivement les rôles de la professeure scientifique Léna et du spectateur sceptique Pierre Hubert aux sémillants comédiens du cru que sont Magali Heu et David Gobet.

Ces derniers reçoivent le public dès 8 ans – tantôt régulier ou scolaire – au sous-sol du MEG où commence le voyage. De cours de génétique vulgarisée, leur cocasse performance vire à l’expédition dans le temps et l’espace, chez les premiers habitants d’Australie. Chaque pas de l’assistance qui s’ébranle correspond alors à un millénaire franchi à rebours. On rencontre kangourous et wombats tandis qu’on serpente entre les vitrines exhibant totems et ustensiles gravés. On butte contre l’exécrable Captain Cook et son tricorne de 1770 tout en s’installant dans le petit théâtre en bois construit pour la circonstance, dans lequel l’armée de Sa Majesté Georges III extermine les Aborigènes qu’on est devenu à la faveur du miracle poétique. Et on applaudit l’issue d’une représentation hybride qui se conclut sur une ode à la culture, cette garantie de survie pour les peuples écrasés.

Aussi vrai que l’humanité partage 99,9% de son génome, le plaisir de cette odyssée torsadée sera partagé par les grands et les petits qui verront leur visite de L’effet boomerang ainsi agrémentée.

Génome Odyssée Musée d’ethnographie de Genève, jusqu’au 19 nov., dès 8 ans, 022 418 45 55, www.genomeodyssey.com/meg (TDG)

Créé: 17.10.2017, 20h21

Articles en relation

Le MEG sous l’emprise des chamanes

Exposition Le Musée d’ethnographie de Genève convoque l’Amazonie et la pensée de la forêt. Un délire de plumes à admirer dès le 20 mai. Plus...

Le MEG dans le vertige de l’amour

Musée d’ethnographie Pour la Saint-Valentin, l’institution se faufile entre les plis des sentiments amoureux. Une plongée en mots et en musique Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

De nombreux morts dans un attentat en Egypte
Plus...