Une Genevoise finance son CD grâce à internet

CrowdfundingLa chanteuse de musique judéo-espagnole Keren Esther a récolté 3135 euros sur un site de financement participatif.

Esther Ackermann

Esther Ackermann

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Genevoise Esther Ackermann est soulagée: la barre minimum des 3000 euros a été franchie sur mymajorcompany.com. La chanteuse de 44 ans pourra donc utiliser cette somme pour financer une partie de son deuxième CD: «C’était une grosse préoccupation, confie celle qui s’est fait connaître à Genève en interprétant des chants traditionnels judéo-espagnols, et qui s’est récemment choisi le nom de scène de Keren Esther. Pour mon premier disque (labellisé VDE-Gallo), j’ai pu compter sur la collaboration bénévole de trois amis, je suis donc rentrée tout juste dans mes frais. Je n’ai en revanche pas osé solliciter à nouveau leur aide pour un deuxième CD.»

Trois mois pour convaincre

C’est lors d’une rencontre professionnelle en novembre dernier – Esther Ackermann est journaliste indépendante à mi-temps – qu’elle apprend l’existence du site français de financement participatif mymajorcompany.com. «Je me suis tout de suite inscrite. Les organisateurs m’ont conseillé de ne pas viser plus de 3000 euros.» En effet, l’appel aux dons n’est actif que pendant trois mois. Si la somme souhaitée n’est pas atteinte durant ce laps de temps, l’argent est retourné aux donateurs. Le site se prend une part de 10% du résultat final. Actuellement, la fiche de Keren Esther comptabilise 3135 euros. D’éventuels dons peuvent encore tomber jusqu’au 23 février. Ses 35 contributeurs, ayant chacun versé entre 30 et 200 euros, sont-ils tous des connaissances? «La plupart, oui. Mais il y a environ 20% d’inconnus, qui ont m’ont découverte sur le site.»

Enregistrer un album? Minimum 13'000 francs

Si Esther est très heureuse de ce «gros coup de pouce», elle n’est pas encore au bout de ses peines: «Il faut compter au minimum 13 000 francs suisses pour enregistrer un album. La location du studio (environ 6000 francs) et le salaire des musiciens (3000 francs) représentent la partie la plus lourde. Viennent ensuite la mastérisation par un ingénieur du son, le travail du graphiste pour la pochette, etc.» Pour financer le reste du CD, la chanteuse compte sur d’éventuelles subventions d’associations de musique et de concerts de soutien.

Renouer avec le Maroc

Pour ce deuxième album, Keren Esther a prévu de «renouer» avec ses origines marocaines: «Je suis née à Toulouse, mais ma famille faisait partie de la communauté juive installée au Maroc.» Les modulations nostalgiques de la soprano à voix cristalline seront accompagnées par la douce guitare de Paco Chambi, connu à Genève dans le milieu de la musique traditionnelle hispanique et de Sylvain Fournier aux percussions. En bonus track sur le futur CD, un titre par la mère d’Esther: «Ma maman interprétera une chanson qu’elle me chantait quand j’étais petite. Elle a une voix magnifique.» C’est que dans la famille, la musique est un héritage qui se transmet: «On chante souvent à table. Mes deux fils ont une belle voix. Et ma fille de 17 ans m’a déjà accompagnée au violoncelle lors de quelques concerts.»

Keren Esther et ses musiciens se produiront au théâtre Alchimic le 13 mars prochain.

Pour se faire une idée du type de musique, visionner ci-dessous un extrait de concert de Keren Esther et Paco Chambi (film amateur):

(TDG)

Créé: 11.02.2014, 19h48

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Arrestations dans l'affaire des cinq femmes tabassées
Plus...