Genève élit son nouveau romancier et lui offre 10'000 francs

LittératureGuillaume Rihs, 30 ans, est le nouveau lauréat du Prix des écrivains genevois. Il y a trois ans, Joël Dicker remportait la même récompense pour son premier roman. Rencontre.

Genève, 10 décembre 2014. Guillaume Rihs, nouveau lauréat du Prix des écrivains genevois.

Genève, 10 décembre 2014. Guillaume Rihs, nouveau lauréat du Prix des écrivains genevois. Image: Steeve Iuncker Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ses yeux s’écarquillent derrière ses lunettes rondes, lorsqu’il vous parle. Guillaume Rihs a le verbe abondant, le ton enthousiaste et le sourire communicatif. Le Genevois de 30 ans est le nouveau lauréat du Prix des écrivains genevois, une récompense dotée de 10'000 francs alloués par la Ville de Genève distinguant un manuscrit non publié. Son roman Aujourd’hui dans le désordre a été choisi entre 13 manuscrits, tous signés sous pseudonymes, afin de garantir l’anonymat des auteurs devant le jury. En 2010, c’est l'actuel auteur à succès Joël Dicker qui remportait le prix, pour un texte intitulé Les derniers jours de nos pères, ce qui a donné l’opportunité à son auteur de publier à L’Age d’Homme.

Echenoz, Modiano et Musso

Dans la vie, Guillaume Rihs est enseignant d’anglais et d’histoire à Sismondi et au Collège pour adultes Alice-Rivaz. Ayant grandi entre Grand-Lancy, Malagnou et Veyrier, il partage depuis deux ans un appartement avec sa copine dans le quartier de Plainpalais. Contre le mur, des étagères Billy ploient sous les livres empilés. Sur les tranches, on repère Guillaume Musso – «Euh, je voulais me faire une idée, mais je n’aime pas du tout son écriture» –, mais aussi Jean-Philippe Toussaint, Jean Echenoz, Michel Houellebecq, Patrick Modiano, Paul Auster, des auteurs qu’il lit volontiers. Très au fait de l’actualité littéraire, Guillaume Rihs a beaucoup apprécié Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre, soit le Goncourt 2013, le dernier Beigbeder ou 33 rue de Berne du Genevois Max Lobe.

Grand lecteur, il a pourtant commencé à écrire «sur le tard»: «Ça m’est venu après les études, j’ai eu un peu de temps pour me demander quelle voie professionnelle j’allais choisir.» C’est que Guillaume Rihs a tâté plusieurs métiers. Après deux ans d’architecture à l’EPFL qui ne l’ont pas convaincus, il étudie l’histoire et l’anglais à l’Université de Genève. Une fois son master de lettres en poche, il s’intéresse au journalisme. Il a notamment passé un mois à la rubrique locale de La Tribune de Genève, et un autre à L’Express, à Paris: « Je crois que je n’ai pas l’actu dans le sang. Je manquais souvent d’idées à présenter le matin, au briefing de 9h», se souvient-il. Il commence les remplacements au cycle et au collège et y trouve son plaisir. Une «suite logique» pour celui dont les parents, les grands-parents ainsi que le frère sont profs.

Auberge espagnole aux Eaux-Vives

Quand on lui demande s’il envisage une carrière d’écrivain, Guillaume rit franchement. «Si ce prix me permet de publier ce roman, puis qui sait? d’en publier d’autres par la suite, c’est très bien. Mais ce n’est pas mon rêve de vivre de ma plume. J’aime beaucoup être enseignant, interagir avec les gens. C’est quand même un métier très solitaire, écrivain.»

Dans son roman primé Aujourd’hui dans le désordre, que l’on verra certainement paraître en 2015 dans une maison d’édition de la place, Guillaume Rihs met en scène deux jeunes adultes, un frère et une sœur, qui décident d’accueillir des voyageurs dans leur immense appartement des Eaux-Vives, que leurs parents ont quitté pour s'installer ailleurs. Des personnages de tous âges et de toutes origines viendront poser leur valise dans cette auberge espagnole genevoise. «J’ai tenté m’intéresser avec un peu de distance à cet esprit de voyage, cette promiscuité dans la cohabitation avec des personnes qui viennent de partout.» Les «discours parfois convenus» de la «génération easyjet» qui voyage et rencontre beaucoup de gens, il les a beaucoup entendus lors de son année erasmus en Irlande, pendant son bachelor. «On répète un peu toujours la même chose: En Suisse il y a quatre langues nationales, la capitale c’est Berne, on vote plusieurs fois par an.»

Bernard Lescaze, président de la Société des Ecrivains Genevois qui décerne le Prix chaque année à un genre littéraire différent (l'année dernière, c'était le théâtre, en 2012, la poésie) est très enthousiaste par rapport au roman de Guillaume Rihs: «Les cinq membres du jury ont tous remarqué la qualité de son texte dès la première discussion. C’est un roman plein de fantaisie et riche en rebondissements.»

C'est à 18h ce mercredi que l'auteur se verra récompensé à la Maison de Rousseau et de la Littérature. (TDG)

Créé: 10.12.2014, 19h00

Articles en relation

Décès de la romancière britannique P.D. James

Carnet noir Auteur d'une vingtaine de livres dont le premier a été publié en 1962, la doyenne du roman policier britannique, Phyllis Dorothy James est décédée jeudi à l'âge de 94 ans. Plus...

Corinne Jaquet fait planer sur Genève l’ombre de l’Aigle

Roman policier L'auteure genevoise situe l’intrigue de son dernier polar sous la Restauration, année du Bicentenaire oblige. Plus...

Lydie Salvayre remporte le Prix Goncourt pour Pas pleurer

Littérature L'auteure française raconte l’Espagne en 1936, entre euphorie libertaire et massacres de révolutionnaires. Interview et critique de son roman. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Français envisagent le référendum d'initiative citoyenne
Plus...