Pour les galeristes genevois, Artgenève reste incontournable

FoireLe 9e cru du salon ouvre au public jeudi: un exposant sur cinq est une galerie locale.

En 2019, Artgenève avait attiré quelques 25 000 amateurs à Palexpo; les lieux réservent toutefois des espaces propices aux discussions.

En 2019, Artgenève avait attiré quelques 25 000 amateurs à Palexpo; les lieux réservent toutefois des espaces propices aux discussions. Image: Mathilda Olmi

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Avec une fréquentation de 25'000 personnes sur quatre jours lors de sa dernière édition, Artgenève attire beaucoup de monde en très peu de temps. Une visibilité recherchée par un grand nombre de galeristes, désireux d’y rencontrer de nouveaux clients potentiels. La 9e édition s’ouvre jeudi: sur 84 galeries participantes, pas moins de 16 ont un lieu d’exposition à Genève, soit près d’un cinquième du chiffre total.

«Toute personne qui s’intéresse à l’art à Genève s’y rend au moins une fois», assure Barth Johnson, directeur de Wilde. C’est que pour le collectionneur, toujours plus sollicité avec l’explosion du nombre foires d’art – il y en aurait aujourd’hui autant que de jours dans l’année –, le salon reste un moyen simple et rapide de faire le tour des galeries les plus importantes de la région. «Les collectionneurs font en moyenne trois, voire quatre foires par année, deux grandes, comme Art Basel ou Frieze, et celle qui se trouve près de chez eux», ajoute le successeur de Guy Bärtschi.

Les atouts de l’anonymat

Mais il y a une autre raison qui pousserait l’amateur d’art genevois à privilégier ce type de manifestation: son anonymat. En effet, contrairement à une galerie, où il faut généralement se présenter, la foire offre une certaine discrétion, appréciée des collectionneurs romands. Les galeristes sont d’ailleurs plusieurs à l’affirmer: ils ne voient certains de leurs collectionneurs qu’une fois par année, à Artgenève. Car faire partie d’un salon reconnu, c’est également un gage de qualité qui rassure l’amateur d’art. «Les collectionneurs passeront plus facilement à l’achat auprès d’une galerie qu’ils ne connaissent pas si elle fait partie d’une foire internationale», admet Pierre Geneston, directeur de l’antenne genevoise de Xippas.

S’ils sont chaque année toujours plus nombreux à vouloir faire partie d’Artgenève – le comité aurait reçu plus de 250 dossiers cette fois-ci – c’est que commercialement, la foire est un succès. Discrets sur le montant des transactions, les galeristes genevois y vendraient en moyenne entre trente et quarante pièces par édition. Un nombre en constante augmentation, selon Pierre Geneston, qui rappelle toutefois que la réussite financière d’un salon se chiffre sur six mois. «Pour certaines institutions, comme les banques ou les musées, le processus d’acquisition peut s’avérer très long car chaque achat doit au préalable être validé par le comité. Il n’est pas rare que l’on m’appelle plusieurs mois après la foire pour me demander si telle ou telle œuvre est toujours disponible.»

Mais s’ils vendent plus, c’est également parce qu’Artgenève leur permet de rencontrer toujours de nouveaux clients. «Après trente ans de métier, je suis toujours surpris lorsque je fais la connaissance d’un couple de collectionneurs vivant dans la région de Genève, mais que je n’ai jamais croisé en galerie», s’étonne, en souriant, Pierre-Henri Jaccaud, fondateur de Skopia.

Alors, afin de séduire un maximum de gens, les galeristes exposent ce qu’ils ont de mieux ou de neuf dans leur répertoire. «Le stand d’une galerie, c’est un peu comme sa carte de visite, cela permet d’apprécier son travail dans son ensemble, mais également de suivre l’évolution d’un artiste ou d’en introduire un nouveau», explique Barth Johnson. Et éveiller ainsi l’intérêt d’un collectionneur, en vue d’une prochaine exposition.

Le Solo Show

C’est ainsi que, cette année, son stand comptera notamment un Christ d’Adel Abdessemed, avant son exposition à la galerie en septembre; l’artiste franco-algérien travaille en ce moment même sur la scénographie d’une pièce qui sera jouée à l’été au Grand Théâtre, nouveau partenaire de la foire. Quant à Skopia, seule galerie genevoise à faire encore partie d’Art Basel, numéro 1 des foires au monde, son directeur admet que même si «les enjeux à Artgenève ne sont pas les mêmes qu’à Bâle», montrer un seul artiste serait prendre un risque commercial trop important. En effet, le ticket d’entrée pour un stand y est environ trois fois plus élevé que celui d’Artgenève, soit 70'000 francs contre près de 25'000.

Alors pour permettre aux galeristes de présenter tout de même des expositions monographiques, cœur de leur métier, Artgenève a mis en place le Solo Show. Soit une exposition d’un seul artiste dans un espace plus petit, attenant au stand principal, et mis au concours. Chaque année, la meilleure proposition se voit ainsi couronnée par un prix décerné par l’horloger genevois F.P. Journe. Grâce à celui-ci, l’œuvre primée est offerte en donation au Mamco, qui ne dispose pas de budget d’acquisition. Ou comment faire d’un coup plusieurs heureux! Et c’est peut-être là que réside la plus grande force de Thomas Hug, fondateur et directeur d’Artgenève. «Les galeristes, c’est un monde individualiste, souligne le conseiller d’art genevois Philippe Davet. Thomas a cette capacité d’écouter les gens et de satisfaire le plus grand monde tout en les fédérant autour d’un projet. Pour qu’un tel dessein réussisse, il faut placer les intérêts communs avant les personnels.»

Quelques absents

Mais alors qui sont les grands absents de ce 9e cru? Interrogé sur la raison de sa non-participation, Jordan Lahmi, directeur d’Opera Gallery, admet s’être vu refuser l’entrée il y a quelques années. Échaudé, il a depuis préféré se tourner vers la Brafa, à Bruxelles, se déroulant au même moment qu’Artgenève.

Quant à la Galerie des Bains, qui aurait soumis son dossier un poil trop tard, elle ne désespère pas. «David LaChapelle nous a ouvert beaucoup de portes, on verra l’année prochaine», souffle son directeur, Cédrik Pagès. «Il est toujours difficile de dire non à une galerie genevoise, mais il en va de la réputation de la foire», conclut Stéphane Ribordy, directeur de Ribordy Thétaz et membre du comité de sélection d’Artgenève.


Les raisons d’un succès

Alors que peu de gens y croyaient au départ, Artgenève est devenue au fil des éditions une véritable success story. Si elle doit sa réputation tout d’abord à la qualité de ses exposants – on y dénombre quelques-unes des plus puissantes galeries au monde, à commencer par Hauser&Wirth, Gagosian, Pace, Kamel Mennour ou Perrotin – la réussite découle également de sa situation idéale dans le calendrier, précédant les autres foires importantes de l’année et drainant sur son passage des amateurs d’art venus en Suisse pour skier.

Artgenève serait ainsi la seule foire où on ferait encore des affaires le dimanche, jour de fermeture. «Beaucoup de gens achètent le mercredi, lors du vernissage, puis partent skier pour le week-end et reviennent le dimanche, en descendant du chalet», note Barth Johnson. C’est là que son emplacement, à Palexpo, surplombant l’autoroute et à cinq minutes de l’aéroport comme de la gare, joue un rôle stratégique indéniable.

Outre sa taille relativement petite – Art Basel compte trois fois plus de galeries participantes –, son ambiance chaleureuse, son programme VIP alléchant et la qualité de son service, Artgenève doit également sa réussite à la part importante laissée aux expositions institutionnelles, véritable singularité du salon. «Pour l’amateur d’art, même s’il n’a pas l’intention d’acheter, c’est l’occasion de voir quelques-unes des plus belles collections réunies en un seul endroit», soutient Thomas Hug, directeur d’Artgenève.

Cette année, on aura ainsi l’occasion d’y découvrir celle du Mamco, de Plateforme 10, nouvellement créée, de La Royal Academy of Arts de Londres ou du Consortium de Dijon. Et même si parmi les 25'000 visiteurs du salon, seuls environ 500 seraient des acheteurs, pour Philippe Davet, l’intérêt du grand public est indispensable: «Avant, les galeries du Quartier des Bains se plaignaient que personne ne venait voir leurs expositions. Pour attirer les acheteurs, il a d’abord fallu que le public vienne aux vernissages, qu’il en parle, c’est ensuite que les acheteurs ont suivi.»

A.M.

Créé: 27.01.2020, 18h38

Articles en relation

«Get a nerve», jumeau remuant d’Artgenève

Art contemporain Durant le salon qui se tient à Palexpo du 31 janvier au 3 février, une manifestation pétulante et alternative accueille une coterie d’artistes espiègles à la Villa Sarasin. Au menu, dollars, zizi et casse-pipe. Plus...

Artgenève vernit sa 8è édition avec un public au rendez-vous

Tribune des Arts Après une journée de vernissage réservée aux collectionneurs et aux VIPs, Artgenève ouvre dès aujourd’hui, et jusqu’à dimanche, au grand public. Nous y étions hier pour suivre les derniers préparatifs et découvrir, en primeur, les accrochages. On vous dit tout! Plus...

«Artgenève doit penser son futur en réseau»

Manifestation La 8e édition du salon d’art contemporain ouvre jeudi 31 janvier à Palexpo. Sous la houlette de Thomas Hug, la foire a développé un esprit original et s’est imposée dans un marché ultraconcurrentiel. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus est à Genève
Plus...