Les fourmis, un monde fascinant à explorer

Exposition Pour ses 50 ans, le Muséum tire le portrait de l’étonnant insecte, avec notamment une fourmilière géante.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après le gigantisme des dinosaures, le microcosme des fourmis. Pour la seconde exposition célébrant ses 50 ans, le Muséum d’histoire naturelle de Genève s’est penché sur une petite bestiole exerçant une fascination certaine. Ce choix rappellera des souvenirs à bon nombre de Genevois, puisque le musée avait installé de 1977 à 1984 une fourmilière qui avait rencontré un grand succès.

Et surtout, l’institution abrite la plus grande collection de fourmis du monde, rien de moins. Elle a principalement été alimentée par Auguste Forel, célèbre médecin vaudois qui consacrait tout son temps libre à étudier cet insecte. Au fil de ses pérégrinations autour de la terre, il a décrit plus de 3500 espèces!

A travers des dispositifs ludiques, le visiteur sera invité à rentrer dans cet univers microscopique, pour tout savoir sur les fourmis. Il découvrira également comment elles sont étudiées, répertoriées et conservées, et fera plus ample connaissance avec Forel le naturaliste.

Voir une colonie en action

Mais le clou de l’exposition demeure la fourmilière géante. Tout comme par le passé, elle abrite des fourmis coupeuses de feuilles, de l’espèce Atta d’Amérique du Sud, L’installation reproduit les différentes parties d’une fourmilière dans la nature: l’endroit où les insectes viennent chercher la nourriture, le nid où réside la reine, la partie où sont disposés les déchets…

A travers les parois transparentes, on peut observer les milliers de fourmis en action. On remarque rapidement les divers flux, et les différences de taille entre les individus. Ce qui permet de reconnaître, dans une même espèce, le type de fourmi dont il s’agit: ouvrière, soldat ou reine. Fécondée une seule fois, celle-ci pond 20 œufs par minute!

Tout autour des espaces où s’agitent les insectes, de petits panneaux nous en apprennent plus sur les tâches de chacun. Mais aussi ce qu’ils mangent, l’organisation de la fourmilière ou la manière dont se forment les routes à fourmis. Dans les vitrines, on peut admirer plusieurs sortes de nids, véritables chefs-d’œuvre de construction.

La mezzanine accueille une échappée artistique: carte blanche a été donnée à trois créateurs pour traiter de la fourmi. Catherine Gianola inaugure l’espace avec une installation composée de sculptures et de gravures, qui évoque l’aspect matriarcal de l’organisation de la fourmilière.

Fabriquer sa fourmilière

Pour aller plus loin dans l’exploration, on peut regarder les vidéos projetées dans l’exposition, discuter avec un médiateur, mais aussi participer aux diverses animations. Seront notamment organisées des excursions sur les traces des fourmis des bois, des siestes musicales fo(u)rmidables, ou des ateliers pour apprendre à réaliser sa propre fourmilière.

On rappellera enfin que le Muséum s’aligne désormais sur les autres musées genevois en faisant payer l’entrée de ses expositions temporaires. Mais l’accès à celles-ci reste gratuit pour les enfants jusqu’à 18 ans, et il existe de nombreuses réductions. Gageons que ce changement n’empêchera pas le public de se presser pour découvrir le monde fascinant des fourmis…

«Fourmis» du 20 mai 2017 au 7 janvier 2018 au Muséum, 1, route de Malagnou, du ma au di de 10 h à 17 h. Programme des animations et infos: www.museum-geneve.ch

(TDG)

Créé: 17.05.2017, 18h43

Galerie photo

Articles en relation

Le Muséum a reçu 11 millions de visiteurs depuis 1966

Jubilé Avant d’être un musée, la maison de Malagnou est un institut de recherche scientifique de renommée mondiale. Plus...

Pour ses 50 ans, le Muséum a de la gueule

Expo L’institution présente ses visiteurs, fameux ou non, capturés par l’objectif de Nicolas Righetti. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...