Filmar en América latina s’apprête à fêter ses vingt ans en fanfare

FestivalUne rétrospective, une carte blanche à Édouard Waintrop et des focus sur différents pays sont au menu de cette édition.

Vania Aillon est aux commandes de Filmar depuis 2017.

Vania Aillon est aux commandes de Filmar depuis 2017.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Vingt ans, il fallait mine de rien y arriver. Et aujourd’hui les fêter dignement. Du 16 novembre au 2 décembre, le festival Filmar en América latina se déploiera pour la vingtième fois dans la Cité de Calvin et un peu autour. Mardi matin, le staff élargi de l’événement commentait cette nouvelle édition en dévoilant son contenu. Il s’agissait aussi de revisiter l’histoire d’une manifestation qui a débuté avec trois bouts de ficelle à une époque où les festivals de films proliféraient moins qu’aujourd’hui à Genève. Pour Vania Aillon, qui dirige le paquebot Filmar depuis 2017, «ce sont vingt ans de formes créatives et géométriques, d’échanges multiculturels, de luttes et de liens, de croyances et d’histoires. (…) Et surtout vingt ans de films.» Tel est évidemment le cœur du sujet. Et pour fêter 20 ans, il fallait au minimum une rétrospective avec quelques-uns des titres qui ont marqué le festival. Celle-ci se compose de sept films, ce qu’on peut trouver un peu chiche. «Les amants de Caracas» de Lorenzo Vigas (2016), «Gloria» de Sebastián Lelio (2012), «La Ciénaga» de Lucrecia Martel (2001) ou «Fresa y chocolate» de Tomás Gutiérrez Alea et Juan Carlos Tabío (1994) sont par exemple au programme, et on s’en réjouit. Pour compléter nos envies cinéphiles, on pourra compter sur une carte blanche accordée à Édouard Waintrop, qui présentera cinq films méritant de sortir de l’ombre. Le directeur des salles du Grütli, et ex-responsable de la Quinzaine à Cannes, montrera notamment un rare Buñuel, ce «Susana la perverse» (1951) christique et charnel qu’on a tous envie de voir ou revoir. Pour le reste, et parmi les différentes sections formant le menu, signalons une collaboration avec le GIFF, dont la résultante sera que le dernier Carlos Reygadas, «Nuestro tiempo», passera à nouveau dans le programme. Ce qui n’est pas de trop pour un film monstre qu’on a pu applaudir à Venise en septembre. Il y aura une section LGBTIQ, «Historias queer», une autre réservée aux enfants, «Filmarcito», et des focus sur différents pays d’Amérique du Sud. Pour y faire son marché, il va falloir faire preuve de flair. Citons un film que nous avons pu voir, «Liquid Truth» de la Brésilienne Carolina Jabor, qui traite d’un sujet délicat et évoque des rumeurs de pédophilie autour d’un professeur de natation. Le résultat est habile dans sa manière de montrer comment le mal, en l’occurrence la calomnie, parvient à s’insinuer dans les différentes strates sociales, y compris les plus virtuelles d’entre elles. Filmar en América latina débutera le 16 novembre, avec la présentation en ouverture d’un film paraguayen primé à Berlin, «Les héritières» de Marcelo Martinessi. La clôture du festival se fera en fanfare le 2 décembre, avec des concerts, un cours d’initiation au tango queer, tout cela avant la traditionnelle remise des prix.

Filmar en América latina Du 16 novembre au 2 décembre. Renseignements et programmation: www.filmar.ch

Créé: 30.10.2018, 18h28

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.