«La femme assise» de Matisse est un tableau volé

Collection Gurlitt«La femme assise» de Matisse, qui provient de la collection Gurlitt donnée au Musée des Beaux-Arts de Berne, est de l'art volé.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le groupe de travail «Trésor artistique de Schwabing», du nom du lieu près de Munich où la collection a été trouvée, est parvenue à la conclusion après expertise que «La femme assise» de Matisse est une oeuvre spoliée.

Le musée, qui a pris connaissance des conclusions du groupe de travail, dispose de six mois pour accepter ou non l'héritage. Récemment, le musée a mandaté un avocat pour clarifier les nombreuses questions ouvertes.

«Les circonstances dans lesquelles «La femme assise» de Matisse est entrée en possession de Hildebrand Gurlitt ne sont pas claires», a reconnu jeudi la responsable du groupe de travail Ingeborg Berggreen-Merkel. Ils sont cependant arrivés à la conclusion «qu'il s'agissait d'une oeuvre d'art spoliée par les nazis, provenant de la collection de Paul Rosenberg».

Il n'est toutefois pas clair quand cette famille s'est procuré ce tableau réalisé dans les années 1920. Gurlitt et ses avocats avaient déjà pris contact avec les petites filles de Rosenberg. Les négociations étaient sur le point d'aboutir. Cependant, une autre personne est intervenue et la cession de l'oeuvre n'a pas pu avoir lieu.

De Göring à Gurlitt

Henri Matisse (1869-1954) a peint le tableau «Femme assise» vers 1924. Il s'agit d'une peinture à l'huile sur toile de 55,4 cm de haut et de 46,5 cm de large. Elle montre une femme dans une robe à fleurs avec collier de perles assise sur un fauteuil.

Elle porte un foulard et a posé ses mains sur ses genoux tout en tenant un éventail. Le portrait, une fois volé par les nazis, a été temporairement en possession de Hermann Göring avant de rejoindre ensuite la collection Gurlitt.

Hildebrand Gurlitt était un des marchands d'art les plus respectés du Troisième Reich. Après sa mort, son fils Cornelius a conservé la collection dans son appartement de Schwabing près de Munich à l'insu de tous.

Les autorités sont tombées par hasard sur la piste de Cornelius Gurlitt. La nouvelle de la découverte de cette collection dans l'appartement de ce vieux monsieur grincheux avait fait le tour du monde.

La collection, qui compterait quelque 1400 toiles, est estimée à plusieurs millions de francs. C'est au groupe de travail de déterminer l'origine des tableaux, dont plusieurs ont été spoliés par les nazis. (ats/nxp)

Créé: 12.06.2014, 11h13

Articles en relation

Seules huit œuvres de Gurlitt d'origine douteuses?

Trésor nazi L'homme de confiance de Cornelius Gurlitt Chrisoph Edel affirme que selon les dernières investigations seules huit toiles auraient une provenance douteuse. Plus...

Trésor de Gurlitt: deux testaments, un seul héritier

Oeuvres d'art Le défunt Cornelius Gurlitt, un octogénaire allemand propriétaire d'une fabuleuse collection, a laissé deux testaments complémentaires, a indiqué mardi le tribunal de Munich. Plus...

Le «trésor nazi» de Gurlitt est un héritage empoisonné

Beaux-Arts Le Musée des Beaux-Arts de Berne ne sait pas encore s'il va accepter en héritage la collection Gurlitt qui comporte des œuvres volées aux juifs. Et Berlin doit encore donner son aval. Plus...

Des œuvres volées aux juifs au Musée des Beaux-Arts

Berne L'inestimable collection d'oeuvres d'art de Cornelius Gurlitt a été léguée par testament au Musée des Beaux-Arts de Berne. Plus...

Gurlitt, le détenteur du «trésor nazi», est mort

Art L'octogénaire allemand Cornelius Gurlitt, chez qui ont été retrouvées plus de 1400 œuvres d'art, dont certaines volées à des juifs sous le nazisme, est mort. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...