Exposition, plaque et repas remettent Georges Haldas à l’ordre du jour

LittératureGenève rend hommage cette semaine à l’écrivain à la librairie Le Vent des Routes et au boulevard des Philosophes.

Georges Haldas, un chroniqueur et un poète qui aurait eu 101 ans en août.

Georges Haldas, un chroniqueur et un poète qui aurait eu 101 ans en août. Image: Frautscchi Pascal

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’année du 100e anniversaire de la naissance de l’écrivain genevois Georges Haldas (1917-2010) s’est achevée sans bruit. Un an plus tard, Genève se réveille grâce à deux initiatives opportunément coordonnées. L’une provient d’Étienne Jaques, un Morgien passionné par l’œuvre du chroniqueur du boulevard des Philosophes et de la rue Saint-Ours.

Dévoilement d’une plaque

«L’idée d’une plaque épigraphique m’est venue lorsque je me promenais dans Genève sur les traces de Michel Servet», se souvient cet enseignant vaudois. «Je pensais à Georges Haldas, qui a écrit «Passion et mort de Michel Servet». Passant devant l’immeuble 7, boulevard des Philosophes, je me suis étonné qu’aucune inscription n’y figurât pour rappeler le souvenir de l’écrivain. Haldas y a habité presque toute sa vie, dans deux appartements différents.»

Étienne Jaques s’adresse au maire de Genève, qui est alors Rémy Pagani. «C’était au début de cette année. Ensuite, les choses sont allées assez vite, puisque la plaque sera dévoilée jeudi. Je l’ai financée moi-même», ajoute ce généreux lecteur d’Haldas. «Pendant que mon affaire se mettait en place, j’ai entendu dire que quelque chose d’autre se préparait à Genève concernant notre écrivain. Heureusement, nous avons pu accorder nos violons pour que le dévoilement de la plaque et l’exposition au Vent des Routes aient lieu pendant la même semaine.»

Cette dernière commence ce mercredi dans la librairie dirigée par Alain Rodari, au 50, rue des Bains. «Haldas, je le voyais quelquefois au Café des Bains, non loin d’ici. On parlait football», se souvient Alain Rodari. «Pour les expositions du Vent des Routes, je collabore habituellement avec le collectionneur de livres genevois Pierre Buri», explique le libraire. «Nous avons monté ensemble des expositions consacrées à Alberto Giacometti, Philippe Jaccottet et Henri Michaux. Les livres venaient tous de chez Pierre Buri. Cette fois-ci, il apporte sa collection de titres de Georges Haldas. En tout, 90 volumes.»

Tous les titres d’Haldas

«Mon intérêt pour l’œuvre d’Haldas remonte loin», témoigne Pierre Buri, ancien professeur de pharmacie à l’Université de Genève. «Je le voyais écrire au Domingo, un café de la rue Micheli-du-Crest, où mes camarades et moi-même entrions en blouse blanche, venant de l’École de chimie voisine. Il a raconté dans l’une de ses chroniques l’effet désagréable que lui faisaient ces étudiants véhiculant un air pollué par les expériences chimiques. J’ai voulu lire ce qu’il écrivait et j’ai acheté tout ce qu’il publiait. J’aime sa puissance d’évocation. Il attire l’attention sur des détails de la vie quotidienne que je contemple autrement depuis que je l’ai lu.»

Le clou de cette semaine sera le repas «À table avec Georges Haldas», organisé samedi à midi au restaurant Le Nyamuk, attenant à la librairie. «Haldas aimait la bonne cuisine», explique Alain Rodari. «L’idée nous est donc venue d’organiser ce repas dont le menu a été élaboré chez moi, dans la Drôme. Il sera préparé samedi au Nyamuk par Vincent Aubert, Christine Détraz, Christoph Bollmann et l’équipe du restaurant.»

L’exposition durera jusqu’au 15 septembre. Le 13 à 11 h 30, la plaque en souvenir d’Haldas sera dévoilée au boulevard des Philosophes. Le 14 à 17 h 30, la librairie proposera des lectures et des témoignages par des proches de l’écrivain et le collectionneur Pierre Buri.

Réservations pour «À table avec Georges Haldas» au Nyamuk le 15 septembre à midi 022 800 33 81

(TDG)

Créé: 11.09.2018, 23h02

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...