Exem fait cavaler l’actualité

Dessins de presse L’auteur genevois rassemble dans un livre des cartoons parus autrefois dans la «Tribune».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Exem n’est pas du genre à monter sur ses grands chevaux. Il y a vingt ans pourtant, l’auteur genevois faisait cavaler les grands de ce monde sur un carrousel, au fil d’une série de dessins de presse publiés dans la Tribune de Genève. Du 16 mai 1995 au 29 octobre 1996, entre deux commandes d’affiches et une poignée de bandes dessinées à l’esprit parodique, le créateur de la série Lanceval signe près de soixante cartoons immédiatement reconnaissables au sein de la page «Opinions» de votre quotidien préféré. Fraîchement paru, Le manège d’Exem rassemble l’intégrale de ces images incisives en noir et blanc, exécutées dans un style «ligne claire» plutôt éloigné des canons en vigueur dans l’exercice trépidant du journalisme dessiné.

«Je devais produire un dessin par semaine, qui paraissait le mardi», se souvient l’intéressé en feuilletant son livre dans l’arrière-boutique de sa galerie carougeoise, Séries Rares. «J’avais carte blanche et les responsables d’alors avaient repéré le paradoxe qui existait entre mon style, plutôt propre, et un état d’esprit plus crade, à la Charlie Hebdo. C’est justement ce décalage qui leur plaisait.»

Amateur de contraintes formelles, Exem choisit de dessiner ses personnages sur un manège de foire, manière de faire effectuer aux acteurs de l’actualité différents tours de piste, plus ou moins récurrents. «J’ai exploité cette idée durant une vingtaine de dessins. Au fur et à mesure, je me suis rendu compte de la difficulté qu’il y avait à tenir ce pari sur la longueur.» Petit à petit, Exem descend de son carrousel pour placer les débats sur un champ de foire, avec des éléments significatifs à double sens: tire-pipes, grand huit, diseuse de bonne aventure…

Graphiquement, il épure peu à peu ses images, en allant progressivement vers de grands aplats noirs reflétant son attirance pour les gravures sur bois de Félix Vallotton et de Frans Masereel. «J’ai gagné en efficacité, en pertinence… et en temps d’exécution.» Reste que le style BD choisi par Exem demeure chronophage. «L’exécution d’un dessin me prenait la journée entière», se souvient-il, en se revoyant prendre compulsivement des notes devant son poste de radio, puis en visionnant les journaux télévisés.

Vingt ans après, il a gardé ses brouillons, couverts d’une fine écriture et de quelques crobards. A deux décennies d’intervalle, Exem juge l’expérience plutôt satisfaisante. «Il y a des dessins moins réussis que d’autres, mais je n’en rejette aucun.» Le monde a-t-il changé depuis? «Pas tant que ça. L’injustice s’est souvent aggravée. Il n’y a pas de quoi pavoiser.»

«Le manège d’Exem», dessins de presse 1995-1996, Ed. Séries Rares, 72 p. Disponible à la galerie Séries Rares, 15 rue Vautier à Carouge. et dans les librairies Nouvelles Pages, L’Oreille cassée et Papiers Gras.

(TDG)

Créé: 04.01.2017, 13h27

Articles en relation

Le «Nosferatu» d’Exem finance le combat des référendaires

Musée d'art et d'histoire «Quand on sait les moyens pharaoniques dont dispose le front référendaire...», ironise le chef du groupe socialiste au Conseil municipal. Plus...

Exem, à fond les baskets

Une personnalité évoque son rapport au déplacement (1/5) Roi de l’affiche, le dessinateur BD aligne les kilomètres à la course, pour se détendre Plus...

Exem sait carburer aux nuits blanches

Rencontre Emmanuel Excoffier a inventé Zinzin, le jumeau maléfique de Tintin. Le Théâtre de Carouge l’expose et lui a commandé une fresque éphémère. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.