Passer au contenu principal

L’Ensemble surgit d’un spa de Poche

Les six comédiens de la troupe à demeure entrent en «Résistance thermale».

Le maître-nageur (Rébecca Balestra, extraordinaire de plasticité) entraîne les employés des bains dans sa révolution.
Le maître-nageur (Rébecca Balestra, extraordinaire de plasticité) entraîne les employés des bains dans sa révolution.
SAMUEL RUBIO

Retenez leurs noms, car vous aurez affaire à eux tout au long de l’année. Rébecca Balestra, Christina Antonorakis, Nadim Ahmed, Fred Jacot-Guillarmod, Julie Cloux et Baptiste Coustenoble forment le tout premier ensemble de l’histoire du théâtre genevois – avant que la nouvelle Comédie ne se dote à son tour de sa propre troupe à demeure. Si le phénomène de la compagnie institutionnelle est courant en Allemagne ou en Russie, il ne fait que balbutier en terres francophones.

À Genève, pour la quatrième saison sous la houlette de Mathieu Bertholet, justement baptisée «Ensemble», le Poche engage ces six comédiens à projeter leurs voix, leurs corps et leurs entendements dans six spectacles successivement – et même simultanément. Pour reprendre le dialecte local, ces spectacles se répartiront en deux méga «sloops», naviguant au sein d’une même scénographie (signée Valeria Pacchiani) pour les trois premiers, puis d’une autre (due à Anna Popek) pour les trois suivants.

Révolution chez les curistes

Cet automne: une piscine. Traversée différemment par «La résistance thermale», «La largeur du bassin» puis «La Côte d’Azur», voici les trois textes contemporains que notre sextuor aura à absorber sans boire la tasse, avant d’ingurgiter les trois autres début 2019. Plongeon inaugural avec une «farce révolutionnaire» composée par le dramaturge-philosophe autrichien Ferdinand Schmalz, et créée dans sa langue originale en 2016 au Schauspielhaus de Zurich. Nul autre que Mathieu Bertholet s’est chargé de la traduction française ici étrennée, fort agile dans le rendu d’un schwyzerdütsch particulièrement chargé en idiosyncrasies.

Bienvenue, donc, au spa de la rue du Cheval-Blanc, ordonnancé autour d’un sommet immaculé aux allures de Cervin. D’un gigantesque tas de papier de toilette. À choix encore, d’une pyramide humaine enlisée dans son confort… Préalablement avertis, les spectateurs savent la «résistance» allégorique: le corps humain, la Suisse, la vieille Europe et jusqu’à la planète Terre figurent les malades dont il s’agira de soigner les haut-le-cœur. Le public se laissera assimiler aux baigneurs à embarquer dans la révolution contre un ennemi qui «ne se montre plus publiquement». Quant au Poche, «le théâtre est le lieu de réappropriation d’une langue confisquée par la réclame» deviendra son slogan de circonstance.

La liquidité d’une actrice

Sur le plateau, le meneur est une meneuse, maître-nageur de son état. Si le personnage de Hannes bout d’une rage politique en comprenant que l’administratrice de la station thermale négocie sa vente à une entreprise de sodas, l’actrice Rébecca Balestra porte la pièce à son ébullition artistique grâce à une effarante palette de jeu. L’une des comédiennes fétiches de Mathieu Bertholet, cette diplômée de la Manufacture, volée 2013, atteint dans ce biotope une qualité liquide spécialement à propos.

Frais émoulu de la même école, le metteur en scène Jean-Daniel Piguet favorise pour sa part la condensation. Cette prolifération de gouttelettes, il la défend dans le texte abondamment mastiqué de Schmalz, dont les multiples «couches de significations jouent avec les t (h) ermes», sourit-il. Mais il la reproduit également dans son organisation du «chœur des curistes», incurablement épris de profondeurs humides et de suintements indisciplinés. Si bien qu’une fois la guérilla matée, le fameux soulèvement ne connaîtra plus d’issue que par la noyade – tandis que «le monde, dehors, s’écroule déjà».

«Résistance thermale» Théâtre Le Poche/GVE, jusqu’au 16 déc. 022 310 37 59, www.poche---gve.ch

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.