Encore un coup de frein pour la Nouvelle Comédie

Politique culturelleLe crédit de 45 millions de francs pour la future institution ne sera pas débattu lors de la prochaine session du Grand Conseil.

En septembre, la Commission des travaux a refusé l’entrée en matière sur le crédit de construction de 45 millions de Frs pour la Nouvelle Comédie, la Ville avait quant à elle accepté en mai de financer à hauteur de 53 millions.

En septembre, la Commission des travaux a refusé l’entrée en matière sur le crédit de construction de 45 millions de Frs pour la Nouvelle Comédie, la Ville avait quant à elle accepté en mai de financer à hauteur de 53 millions. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Mauvaise nouvelle pour les partisans de la Nouvelle Comédie. Ils espéraient débattre en plénière de son sort lors des prochaines séances les 3 et 4 décembre. Il n’en sera rien puisque le député PLR Frédéric Hohl devait pour cela rendre son rapport de majorité au plus tard le 17 novembre, ce qui n’a pas été fait. Pour rappel, la Commission des travaux avait refusé en septembre l’entrée en matière sur le crédit de construction de 45 millions – la Ville avait pour sa part accepté en mai de payer un peu plus de la moitié de la facture, soit 53 millions.

La session de mi-décembre étant d’ordinaire réservée au budget, le projet de Nouvelle Comédie ne devrait pas être débattu avant, au mieux, la fin du mois de janvier. Si un référendum était alors lancé, ce qui retarderait le démarrage des travaux, le délai de juin 2016 pour le premier coup de pioche ne pourrait plus être tenu. Or, cette date butoir a été établie afin de bénéficier de la fenêtre ouverte par le chantier du CEVA. «On nous a clairement fait savoir que ce crédit devait être débattu avant la fin de 2015 afin de pouvoir tenir les délais, connus de longue date. Par conséquent, ils auraient dû être respectés, dénonce la députée PS Nicole Valiquer Grecuccio. Il s’agit encore une fois d’une prise en otage.» C’est effectivement en ces termes que les partisans de la future Maison du Théâtre avaient qualifié le récent refus en commission. Le PLR avait alors fait pencher la balance: il exigeait qu’un accord sur la répartition des tâches entre Ville et Etat en matière de culture soit trouvé avant de se prononcer sur le crédit de 45 millions de francs. Celui-ci a été signé la semaine dernière.

Frédéric Hohl réfute les accusations qui lui sont faites de faire traîner explicitement la machine. «A l’ordre du jour, il y a 80 objets en retard. Nous sommes des politiciens de milice, j’ai aussi une entreprise à gérer. Nous avons rencontré des interlocuteurs pour la Nouvelle Comédie il y a deux semaines encore. Je ne peux pas aller plus vite que la musique.»

Pour Rémy Pagani, magistrat en charge des Constructions à la Ville, cette nouvelle est «catastrophique». «En cas de référendum, le projet sera enterré. Nous nous trouvons dans une situation inextricable. Je ne peux pas exprimer le désarroi qui m’habite. On peut être pour ou contre le projet, mais jouer la montre, ce n’est pas loyal.» (TDG)

Créé: 25.11.2015, 18h34

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.