Passer au contenu principal

Elisa Shua Dusapin apaise l'âme et fait vibrer les sens

A 23 ans, la Romande signe un premier roman brillant. Portrait.

De son petit chapeau rond qu’elle n’ôtera pas pendant toute l’interview s’échappent de longs cheveux noirs. Comme le galurin d’homme que portait Marguerite Duras à 15 ans, on devine que ce chapeau signale que sa propriétaire est bien plus qu’une jolie fille. Originale, elle ose ce qui lui va sans se soucier de la mode. Telle est également l’écriture d’Elisa Shua Dusapin, qui publie avec Hiver à Sokcho un premier roman brillant, qui a remporté le Prix Robert-Walser avant même sa parution: contemplative, poétique et loin des modes littéraires qui vont au storytellinghaletant à l’américaine ou à la mise en abyme de la littérature à la française.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.