L’écusson genevois en prend pour son grade

ExpositionUne ribambelle de dessinateurs et de graphistes ont détourné avec humour les armoiries du canton. A voir à la Villa Dutoit.

A l’origine de «Genève fait de l’esprit», Yvan Hostettler pose à l'intérieur de cette exposition scénographiée par Laure Bretagnolle.

A l’origine de «Genève fait de l’esprit», Yvan Hostettler pose à l'intérieur de cette exposition scénographiée par Laure Bretagnolle. Image: Pierre Abensur

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Certains l’ont déplumé, d’autres l’ont embroché. Encore plus retors, un joyeux drille l’a mis en berne… ce qui est bien le pire qui pouvait arriver à l’aigle genevois! A la Villa Dutoit, au Petit-Saconnex, une brochette de dessinateurs et de graphistes ont pris un malin plaisir à détourner les armoiries de Genève, volant dans les plumes du symbole ailé de la République. La fameuse clef de Saint-Pierre n’en mène pas large, elle non plus. Le nom des iconoclastes couvre tout l’alphabet, d’Aloys à Zep, en passant par Buche, Chappatte, Exem, Simon ou Tirabosco. Leurs outrages se découvrent à travers force affiches, illustrations ou couvertures de magazines.

Emulation

Graphiste genevois, Yvan Hostettler est à l’origine de cette exposition organisée dans le cadre de GE200.CH et commémorant – il n’est jamais trop tard – le bicentenaire de l’entrée du canton dans la Confédération. Sur la base de son livre Genève fait de l’esprit, paru en 2013 aux Editions Plan vert, l’homme a réuni plus de cent détournements de l’emblème héraldique bien connu.

«Un animal et une clef, c’est déjà contradictoire. Moi-même, je me suis amusé au début de ma carrière à les réinventer, sur une affiche destinée à une fête de l’Escalade organisée au Petit-Saconnex. Au milieu des années 80, plusieurs dessinateurs ont commencé à jouer avec ces symboles. Il y a eu une émulation. Comme je trouvais l’idée intéressante, j’ai gardé chaque fois que je le pouvais un exemplaire des affiches ou des dessins sur lesquels apparaissaient l’aigle et la clef.»

Eric Buche fait partie des dessinateurs qui ont beaucoup détourné le blason cantonal. Dès 1990, l’auteur de Franky Snow en a livré de superbes interprétations pour les affiches de la Revue, alors mise en scène par Pierre Naftule. «C’est un boulot que j’ai adoré, assure le bédéaste genevois, croisé lors du vernissage. Il fallait trouver différentes façons de décliner le sujet, tout en demeurant très graphique. Ce n’était pas évident de se renouveler d’année en année. Je proposais différentes variantes pour la même affiche, et Pierre Naftule suggérait lui aussi des idées. Il a un sens aigu de ce qui fonctionne.» Les différents essais de Buche sont visibles à la Villa Dutoit dans quatre carnets bourrés d’esquisses savoureuses.

Symboles malmenés

Bien avant Buche, entre les deux guerres mondiales, Noël Fontanet avait déjà malmené les symboles de la République dans ses affiches politiques, estampillées extrême droite. L’exposition montre quelques-unes des œuvres spectaculaires de celui qui fut l’un des illustrateurs officiels du journal Le Pilori. Sur un des dessins, un slogan annonce la couleur: «Les Rouges n’auront pas la clef de Genève. Votez pour l’Union Nationale»…

Contre les murs de la Villa Dutoit, le plus ancien détournement recensé date du XIXe siècle: une publicité pour l’Exposition nationale de 1896. Ce qui tendrait à prouver qu’au bout du lac, les tripatouillages graphiques de l’écusson sont monnaie courante depuis belle lurette. «A Genève, on a du sang latin, rappelle Yvan Hostettler. On est sans doute moins respectueux de l’ordre établi que dans d’autres cantons.» Et pan sur le bec de l’aigle…

«Genève fait de l’esprit» Jusqu’au 17 mai, Villa Dutoit, ch. Gilbert-Trolliet 5. Rens. 022 733 05 75. Me-di 14 h-18 h. Entrée libre. Conférence d’Yvan Hostettler Vendredi 1er mai, 15 h 45, Salon du livre, stand Cercle de la librairie. (TDG)

Créé: 29.04.2015, 16h50

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Français envisagent le référendum d'initiative citoyenne
Plus...