L’Ecole Serge Martin cause un bouchon à Carouge

ThéâtreLes jeunes comédiens de la promotion 2017 investissent des voitures à l’arrêt dans le cadre d’une création insolite.

«Déviations», réponse scénique genevoise à «La La Land».

«Déviations», réponse scénique genevoise à «La La Land». Image: ALICE DENYSE MATTHEY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Embouteillage annoncé du côté de Carouge! Sous le hangar Baylon, au 4 de la rue éponyme, une dizaine de voitures constituent, frein à main serré, la scénographie de Déviations, le spectacle de sortie de la volée «Les Etincelles» formée à l’Ecole Serge Martin. Pour les élèves qui finissent leur apprentissage, pour l’école qui fait peau neuve, pour une société qui tourne à vide, pour une économie qui va dans le mur, «qu’est-ce qui se passe quand tout s’arrête?», «qu’est-ce qu’on fait pour que ça roule mieux?» Telles sont les questions, à la fois graves et légères – symboliques en tous les cas – qui se posent aux onze Nadim, Bastien, Alice et autre Emilia emmenés vers leur diplôme par Serge Martin et Michel Faure.

Il y a un an, l’école de théâtre genevoise (qu’ont fréquentée en leur temps des artistes de la trempe d’Oskar Gomez Mata, Dorian Rossel, Dominique Ziegler ou Vincent Kucholl parmi tant d’autres) fêtait ses trente ans d’activité pédagogique en organisant un festival itinérant, Plein tube. Dès septembre prochain, elle prendra un virage et renoncera au cursus académique au profit de la classe commune, où se mélangeront les âges, les nationalités, les compétences. Autrement dit, le transport en commun sera préféré à l’habitacle familial. «Nous désirons convoquer, dans la pratique et l’entraînement à la scène, ce qui échappe au classement», déclare le fondateur et directeur de l’école, Serge Martin. Pour marquer la transition, d’ici là, fermez les portières et actionnez les klaxons!

Nombreuses sont les œuvres artistiques à s’être déjà emparées de la figure du bouchon automobile – à commencer, au cinéma, par Le grand embouteillage de Luigi Comencini, Week-End de Godard, ou, plus récemment, La La Land de Damien Chazelle. Le happening hors les murs de cette 23e promotion de l’Ecole, Déviations, s’appuie quant à lui sur des textes dramatiques. Ceux nés de 32 plumes réunies aux Editions Théâtrales sous le titre Embouteillages, que vient grossir l’écriture de plateau impliquant les étudiants. Ode au mouvement sans entraves – pris dans toute sa portée métaphorique –, la pièce résulte entièrement des efforts des jeunes acteurs, avec le soutien de trois professionnels au volant. Les spectateurs embarqués participeront à la dramaturgie, et quitteront le hangar carougeois épris de vitesse, de changement, prêts à foncer vers l’avenir.

Déviations Hangar Baylon, rue Baylon 4 à Carouge, du 16 juin au 9 juillet, 077 497 41 21, www.ecolesergemartin.ch (TDG)

Créé: 13.06.2017, 17h44

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.