Disney+, les classiques écrasent les nouveautés

StreamingOn a testé la plateforme lancée mardi. Un beau catalogue de classiques, mais les inédits n’ont pas d’intérêt.

«The Mandalorian», série phare de Disney+.

«The Mandalorian», série phare de Disney+. Image: DISNEY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis mardi, la plateforme de streaming Disney+, on l’a dit, est disponible en Suisse. Elle inclut les catalogues – du moins une partie – de Disney, Pixar, Marvel, National Geographic et «Star Wars». En termes de concurrence, il va être difficile de rivaliser, toutes ces sociétés dominant le marché depuis longtemps sans équivoque possible. Nous sommes allés jeter un coup d’œil pour voir ce qu’il en était. Le catalogue est vaste, mais pas trop non plus, et les parents pourront planter leurs enfants devant, ils ne risquent plus d’être dérangés. D’accès simple, avec des menus linguistiques (dialogues et sous-titres) élémentaires à manier, la plateforme offre tous les gros classiques des écuries précitées, des premiers Disney renumérisés – «Steamboat Willie», qui marque la première apparition de Mickey Mouse sur un écran, y figure – aux titres plus récents comme «Raiponce» ou «Vaiana». Tout cela est parfaitement ordonné et accessible. D’autres films devraient apparaître bientôt. Nous n’avons par exemple pas (encore) trouvé trace de «L’apprentie sorcière», sympathique fantaisie de 1971 mêlant animation et prises de vues réelles avec Angela Lansbury. Des productions qui devraient venir étoffer le catalogue, on l’espère.

Du côté des purs inédits, l’enthousiasme se doit d’être plus modéré. Remake en prises de vues réelles de «La belle et le clochard», «Lady and the Tramp» est d’une confondante niaiserie. Autant revoir le dessin animé originel. Quant à «Togo», malgré la présence de Willem Dafoe, il reste une animalerie consternante dominée par des huskys mignons comme de grosses peluches. On n’a pas encore testé «Star Girl», romance pour ados à la bande, mais on est prêt à parier qu’elle se situe dans le même registre.

Même déception pour «The Mandalorian», série qui fait figure de tête de proue de la plateforme. Elle ressemble à un copier-coller de certains «Star Wars» pendant qu’on attend toujours le scénario.

On trouve encore, entre séries documentaires et télé-réalité, un programme hybride disponible uniquement en anglais, «Sous les feux de la rampe», histoire d’une troupe d’ados qui avaient joué à Broadway vingt-trois ans plus tôt et qu’on réunit à nouveau devant les caméras. Dispensable là aussi. [Tiers de cadratin] Pascal Gavillet

www.disneyplus.com

Créé: 25.03.2020, 21h04

Articles en relation

Disney+ maintient sa date de lancement suisse

Streaming La plateforme sera disponible en Suisse dès demain 24 mars et son abonnement coûtera 9 francs 90 par mois. Plus...

En pleine croissance, le streaming vidéo tue la planète à petit feu

Le Matin Dimanche Le streaming relâche dans l’atmosphère autant de CO2 qu’un pays comme l’Espagne. L’arrivée d'Apple et Disney ne va rien arranger. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Quand reprendre le travail?
Plus...