Dans «Il est difficile d’être un Dieu», Alexeï Guerman sublime la laideur

CinémaLe film posthume et très gore de cet immense cinéaste russe est enfin à l’affiche au Grütli.

Une scène du film médieval «Il est difficile d’être un Dieu».

Une scène du film médieval «Il est difficile d’être un Dieu». Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En 2000, Alexeï Guerman mettait en chantier son sixième et ultime long-métrage, adaptation ambitieuse d’un roman de science-fiction russe, Il est difficile d’être un Dieu, écrit par les frères Arcadi et Boris Strougatski. Une histoire située sur une planète similaire à la terre, Arkanar, mais en retard d’environ 800?ans. Donc à une époque correspondant à peu près à la dernière partie du Moyen Age.

En 2013, après treize ans d’un tournage chaotique et maintes fois arrêté, le réalisateur terminait son montage lorsqu’il décéda d’une insuffisance rénale. C’est donc sa compagne, la coscénariste Svetlana Karmalita, qui en a achevé le montage et le mixage, selon les indications de Guerman.

D’une durée de près de trois heures, le film a ensuite connu des fortunes diverses, quelques sélections dans des festivals, avant d’arriver enfin sur nos écrans. C’est un monde d’apocalypse, filmé dans un noir et blanc sublime, qui défile sous nos yeux, prenant la plupart du temps à l’estomac.

Fumigations, éructations, vomissements, excrétions, pets, rots et crachats sont les constantes barbares d’un univers de boue et de merde. L’odyssée d’un guerrier venu du futur et constatant la fange dans laquelle se vautre une humanité qui ne pourra être sauvée que par l’extermination. Une peinture terrible, qui se situerait quelque part entre Jérôme Bosch pour le foisonnement et la bestialité, et le Stalker de Tarkovski, lui aussi tiré d’un livre des Strougatski, pour le rapport aux éléments (terre, eau, feu). Une vision unique et démoniaque dans laquelle il serait vain de chercher de quelconques explications, voire un sens précis dans un torrent d’images qui n’ont semble-t-il pas été composées ou mises en scène pour être comprises, du moins au premier degré.

Le résultat n’en demeure pas moins totalement fascinant, augurant d’une véritable esthétique de la laideur comme peu de films, à ma connaissance, savent la représenter. De cette antinomie – esthétique et laideur – naît toute la singularité d’une œuvre posthume qui restera sans doute à jamais un objet filmique non identifiable. En visionnant Il est difficile d’être un Dieu, on se pose évidemment mille questions sur son tournage, qu’on imagine tout sauf simple. Passionné par la Russie et par le cinéma de Guerman, le cinéaste suisse Antoine Cattin a réalisé le making of du film, qui contient des éléments de réponse. Ce documentaire, Playback, passe lui aussi en alternance dès le 8 juillet aux cinémas du Grütli. Pascal Gavillet

«Il est difficile d’être un Dieu» et «Playback», Cinémas du Grütli jusqu’au 21 juillet.

Créé: 09.07.2015, 17h26

Articles en relation

Olivier Emery: Le resquilleur, agaçant et pathétique

La revue des blogs Charly Schwarz: Extension de l'aéroport ? Mais elle existe déjà ! David Frenkel : La ville transporte en commun la vile solitude Bertrand Buchs: La Culture c’est qui ? Gorgui Ndoye : Tunisie, tabassage d'un diplomate sénégalais.... Plus...

Zep, premier Grand Trissou de Delémont’BD

Culture Les Rencontres suisses et internationales rendent hommage à Cabu et à Wolinski. Plus...

Zep: «Toucher la Suisse alémanique me tient à cœur»

#Genève200 L'exposition «Genève à la rencontre des Suisses» a été illustrée par le dessinateur genevois. L'occasion de revenir sur la culture de la bande dessinée dans le pays. Plus...

Le soutien à la culture profite aussi aux yodleurs

Conseil national L’enveloppe d’Alain Berset pour aider la création passe la rampe au parlement malgré l’opposition conservatrice. Deux visions s’affrontent. Plus...

Deux Genevoises aux Prix suisses de théâtre

Distinctions Jeudi à Winterthur s’ouvre la deuxième Rencontre du Théâtre suisse, lors de laquelle l’Office fédéral de la culture décernera ses Prix. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus: le Salon des inventions de Genève reporté en septembre
Plus...