Avec Dick Rivers, le rock français perd l’une de ses figures les plus populaires

HommagePionnier avec Johnny Hallyday et Eddy Mitchell, il est décédé le jour de ses 74 ans.

Hervé Forneri, alias Dick Rivers, avait choisi son pseudonyme en s’inspirant d’un rôle tenu par Elvis Presley.

Hervé Forneri, alias Dick Rivers, avait choisi son pseudonyme en s’inspirant d’un rôle tenu par Elvis Presley. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les années 60 s’éloignent chaque jour davantage. Les idoles des parents ou des grands-parents s’en vont les unes après les autres. Dans la catégorie des rockers hexagonaux, Dick Rivers, décédé mercredi matin, était le troisième, après Johnny Hallyday et Eddy Mitchell. Tout comme Eddy et ses Chaussettes noires, auxquels on l’a souvent opposé, il débute au sein d’un groupe emblématique, les Chats sauvages. Né à Nice le 24 avril 1945, le jeune Hervé Forneri n’a qu’une passion, le rock, et qu’une idole, Elvis Presley. C’est en visionnant «Loving You» qu’il se trouve son pseudonyme. Le héros s’appelle Dick Rivers, il en adopte le nom.

Mais sa carrière au sein des Chats sera courte. Après treize mois, huit 45 tours et quelques tubes - dont le célèbre «Twist à Saint-Tropez» -, il quitte la formation pour entamer une carrière solo. Son credo reste le rock, son look aussi et son terreau, les adaptations de succès anglo-saxons. Il en popularise quelques-uns en France, comme «Tu n’es plus là» ou «Va t’en va-t’en». En attendant que la vogue yé-yé cesse, il reste fidèle à ses valeurs, partage l’affiche des Beach Boys à l’Olympia et sait aussi se montrer un bon crooner. En 1969, son rêve devient même réalité, puisqu’il rencontre le King à Las Vegas et lui parle quelques minutes à l’issue d’un concert.

Mais la même période correspond à un passage à vide pour le rocker. Les hippies mettent sur la touche bon nombre d’artistes, pendant que la bonne vieille chanson française reprend du poil de la bête. Dans les deux cas, Dick est largué. C’est à cette époque qu’il s’associe à Gérard Manset pour un album concept, «L’?». Quelques tubes ponctuent la décennie, comme «Maman n’aime pas ma musique», «Marilou» et surtout «Faire un pont», qui rappelle les influences country de plus en plus nettes du chanteur.

La fidélité à son image et à ses valeurs musicales est suffisamment payante pour que Dick Rivers reste en phase avec son public. Les années 80 sont marquées par quelques gros succès comme «Cinderella», «Nice baie des anges» et «Les yeux d’une femme». C’est aussi le début d’une certaine nostalgie revival, qui le pousse à reformer les Chats sauvages le temps d’un album. Il opère son retour à la scène dans les années 90. Le répertoire est rock, anglophone et majoritairement composé de standards.

Il enregistre ensuite un disque en hommage à Buddy Holly, et, plus surprenant, son album de 1995, «Plein soleil», lui vaut les critiques les plus élogieuses de sa carrière. L’homme a alors cinquante ans et est bien décidé à profiter. Les disques vont s’enchaîner, les concerts également, et Dick Rivers fait même ses débuts au cinéma, dans «La candide Madame Duff» de Jean-Pierre Mocky, en 1999.

La nouvelle scène française élargie n’hésite d’ailleurs pas à collaborer avec lui. Francis Cabrel, Mickey 3D, Benjamin Biolay ou Matthieu Boogaerts cosignent des titres sur son 30e album studio. Tout cela mène allègrement au cap des 50 ans de carrière, en 2011. Très demandé, Dick Rivers participe, après moult refus, à la tournée «Age tendre» en 2018. Puis reprend le tube «Africa» en duo avec Julien Doré. Ce sera l’un de ses derniers faits d’armes. Rattrapé par le cancer, Dick est mort le jour de ses 74 ans.

Créé: 24.04.2019, 17h11

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

30 avions de Swiss immobilisés pour des problèmes de moteur
Plus...