Débordement sur Lesbos

Théâtre / CritiqueAnna Lemonaki vogue vers Sappho sur un radeau bricolé par Sarah Jane Moloney. Et entraîne ses comédiens dans le naufrage...

Christina Antonarakis, Marie-Madeleine Pasquier et Wissam Arbache rendent hommage à la poétesse lesbienne.

Christina Antonarakis, Marie-Madeleine Pasquier et Wissam Arbache rendent hommage à la poétesse lesbienne. Image: SAMUEL RUBIO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quoiqu’accidentée sur l’axe temporel, la ligne thématique qui traverse «Sapphox» est plutôt rustique. Elle part de la glorieuse poétesse des VII et VIes siècles avant J.-C. pour s’arrêter à son île natale, devenue en 1970 une destination prisée du tourisme lesbien. Sur place, elle cercle au présent de 2020 le sort des migrants échoués sur ses côtes. Puis s’élance vers un avenir hypothétique situé en 2070, quand l’homosexualité dans toutes ses déclinaisons ne causera plus de vagues. À chaque station, cette sommation adressée à l’antique Mytilénienne: «Nous voulons les mots qui manquent!» L’ordre est intimé tantôt par Phaon, exception hétéro parmi les amours saphiques, ou par la jeune Atthis, maîtresse perpétuelle de la «10e muse», l’un comme l’autre recyclés en agents de police, bénévoles humanitaires ou scientifiques selon les séquences. Il s’adresse à une Sappho extirpée de chez les morts à l’aide d’un barbare filet de pêcheur, et dont seuls 650 vers fragmentaires, sur un total de 10000, sont parvenus jusqu’à nous.

Sur le plateau aménagé longitudinalement au Poche, c’est un joyeux bordel qu’a voulu Anna Lemonaki en montant le texte de commande signé Sarah Jane Moloney. Des précédentes mises en scène de la Genevoise d’origine hellène – «Bleu», «Fuschia saignant» –, on retient une expressivité aussi immodérée qu’inaboutie. Encore une fois, les panoplies de dinosaure, l’hémoglobine, le shampoing à flots, les fleurs qui pleuvent et les borborygmes braillés pèsent lourd sur des dialogues déjà chétifs. L’effort démesuré, ici de pathos, là de comique, écrase toute chance d’y accoster.


«Sappho(x)» Le Poche, jusqu’au 9 fév., 022 310 37 59, www.poche---gve.ch

Créé: 28.01.2020, 17h52

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus est à Genève
Plus...