Passer au contenu principal

L’été d’Aline Kundig met les roses en lumière

La photographe amie du désert cueille et photographie les fleurs chez elle et ailleurs.

Les dunes de Merzouga sont les plus hautes du Maroc. Aline Kundig a choisi leur beau sable coloré pour y déposer des fleurs en tissu. L’apparition de ces roses des sables d’un nouveau genre évoque un miracle de la nature. Leur finesse est mise en valeur par le dépouillement du décor.
Les dunes de Merzouga sont les plus hautes du Maroc. Aline Kundig a choisi leur beau sable coloré pour y déposer des fleurs en tissu. L’apparition de ces roses des sables d’un nouveau genre évoque un miracle de la nature. Leur finesse est mise en valeur par le dépouillement du décor.
Aline Kundig

La maison d’Aline Kundig vit son dernier été. Bientôt sacrifiée sur l’autel de la densification urbaine, cette villa des années 30 disparaîtra avec son jardin de pivoines et de roses. Ces dernières années, la photographe a fixé le souvenir des bouquets qu’elle aimait poser sur un meuble, avant de les mettre en vase. Les végétaux y paraissent alanguis, le noir et blanc ajoutant à la mélancolie de ces visions à la fois familières et sophistiquées. La chute de la lumière sur ces fleurs coupées est un élément important de la composition. Grâce aux persiennes, le soleil pénètre parcimonieusement. Celles-ci créent cet effet rayé qu’on aime retrouver dans les maisons de campagne. «Pour moi, c’est vraiment l’été», commente Aline Kundig devant ces images réalisées au fil des ans. Des photos qui laissent entrevoir certains objets usuels, eux aussi évocateurs de la saison chaude. Une bouteille d’eau, des carafes, un coin de meuble ancien nous transportent là où le temps s’écoule paresseusement. L’intérêt de l’artiste genevoise pour les roses ne se limite pas à ses photos de bouquets assoupis. Elle aime aussi piqueter de fleurs – d’une variété bien plus durable que celles de son jardin – un paysage qui n’en a jamais vu pousser. Le désert, par exemple, ou une plage au bord de la mer. Leur présence en ces lieux apporte à ceux-ci une note de poésie insolite et réjouissante. Au cours d’une carrière de près de trente ans, la photographe a aussi fait de nombreux portraits de musiciens, de peintres, d’écrivains et de danseurs. Elle a réalisé des séries en plein air montrant des tissus volant dans de magnifiques paysages. Elle a photographié des œufs. Dans son album paru l’an dernier aux Éditions Slatkine sous le titre «Home», Aline Kundig documente la métamorphose d’un parc en lieu de vie pour personnes âgées à Morges. Des arbres plusieurs fois centenaires l’ont inspirée. Récompensée notamment du Prix Kodak en Suisse, du Prix Ilford en France, elle expose régulièrement dans différentes galeries et ses photos figurent dans de nombreuses collections privées en Suisse et à l’étranger.

Les jeux d’ombre et de lumière que les persiennes créent les jours d’été sont admirables. Aragon leur a dédié un poème, composé du mot persienne répété une vingtaine de fois, avec un point d’interrogation à la fin. Henri Matisse les a peintes dans «Intérieur au violon», «Femme sur un divan» ou «Les persiennes». B.CH.

L’effet d’une pivoine sur le bois d’une vieille commode… Bien éclairée, la fleur se penche nonchalamment vers le spectateur, avec la grâce d’un camélia dans le salon de la Traviata. L’artiste a saisi la poésie de ce moment où la plante repose encore avant d’être mise dans l’eau. Au deuxième plan, des flacons remplis d’autres liquides accentuent l’impression de confort bourgeois que cette image d’un autre siècle produit. B.CH.

La photographe aime le désert mais aussi les glaces du Nord. Cette image transporte ses chères roses sur une plage d’Islande. Un roman pourrait commencer ou finir là. Posées par terre ou sur l’eau, les fleurs parlent de tragédie. Celles qui jonchent le sable pourraient avoir accompagné un hommage à des noyés. Pas de migrants sur ce frais littoral. Une Virginie des temps modernes peut-être… B.CH.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.