Passer au contenu principal

Dalida, une solitude fatale derrière les paillettes

Minée par des déceptions amoureuses, profondément dépressive, la chanteuse décide, le 3 mai 1987, de mettre fin à ses jours à 54 ans. «Pardonnez-moi», écrit-elle à ses fans, désespérée.

Dalida au faîte de sa gloire.
Dalida au faîte de sa gloire.
GAMMA

«La vie m’est insupportable. Pardonnez-moi.» C’est par ces mots jetés sur une feuille que Dalida dit adieu à son public et à ses proches. Nous sommes la nuit du 2 au 3 mai 1987. La chanteuse se trouve seule à son domicile du 11 bis rue d’Orchampt, tout près de la Butte-Montmartre, ce samedi soir. Depuis le début de l’année, elle souffre de dépression. Revenue du tournage du Sixième jour de Youssef Chahine, rôle qui lui vaudra des louanges méritées des critiques, Dalida prépare une pièce de théâtre et une comédie musicale, dans laquelle elle tiendra le rôle de Cléopâtre. Mais le cœur n’y est pas. Ses derniers disques ont eu un peu moins de succès, le passage du temps commence à se faire sentir, et sentimentalement, la chanteuse n’est pas épanouie.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.