Victoria Bedos signe un film sur l’envol d’une ado avec Michel Sardou en B.O.

CinémaLa fille de Guy Bedos a coécrit le scénario de «La famille Bélier», une comédie gentillette. Entretien.

Paula (Louane Emera) s’épanouit dans «La famille Bélier». DR

Paula (Louane Emera) s’épanouit dans «La famille Bélier». DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Au téléphone, sa voix est enjouée. Son ton est badin, ses phrases farcies d’anglicismes et d’argot. Victoria Bedos est la fille de l’humoriste Guy Bedos et la sœur du chroniqueur TV Nicolas Bedos. La Française de 30 ans a coécrit le scénario du film La famille Bélier qui sort ce mercredi en salles, réalisé par Eric Lartigau (Mais qui a tué Pamela Rose? et Prête-moi ta main). Le pitch? Paula Bélier est une adolescente de 16 ans dont les parents, interprétés par Karin Viard et François Damiens, et le frère sont sourds-muets. Le prof de chant de son lycée de campagne, inconditionnel de Michel Sardou, découvre chez la jeune fille un don pour le chant. Il la pousse à participer à un grand concours national, ce qui l’amènera à quitter ses parents pour monter à Paris.

A mi-chemin entre L’instit et la série argentine Disney Violetta, La famille Bélier ressemble à un téléfilm pour ados plein de bons sentiments, mais sans originalité. Son auteure, Victoria Bedos, qui a pour elle l’excuse d’un premier scénario, explique avoir mis en scène beaucoup d’éléments autobiographiques. «Une ancienne assistante de mon père a grandi dans une famille de sourds-muets, explique-t-elle. Je me suis beaucoup inspirée de son exemple. Sinon, je m’identifie bien sûr à Paula Bélier (jouée par la jeune Louane Emera, ancienne participante à l’émission TV musicale The Voice), qui pour grandir a dû quitter sa famille.» Le cordon a-t-il été dur à couper avec les Bedos? «Oh oui, je ne sais toujours pas si j’ai réussi d’ailleurs. On est très proches, on forme une espèce de clan, de tribu.»

Avec une franchise étonnante, Victoria Bedos confie que l’écriture de ce film a été «psychanalytique»: «J’ai beaucoup pleuré en écrivant le scénario. Beaucoup de choses remontaient à la surface.» A la question de savoir si son propre rêve de jeune fille était d’être remarquée pour sa voix exceptionnelle, elle répond: «Absolument.» Quant au répertoire axé sur Michel Sardou, la scénariste s’en explique ainsi: «Les chansons de Sardou sont merveilleuses. Quand j’ai soumis l’idée à la prod, on m’a d’abord ri au nez, avant d’accepter. La chanson Je vole m’a toujours touchée, et représente bien l’émancipation.» Quant aux droits pour les chansons, Victoria Bedos a pu compter sur l’amitié de Michel Sardou et de son père: «Sardou a été bluffé par le scénario, il m’a dit que c’était open bar. Depuis, il m’envoie pleins de «Je t’aime» par texto! Grâce à ce film, sa carrière connaît comme un renouveau.»

Beaucoup de moments semblent tout de même tirés par les cheveux: le prof de chant qui demande dès le premier cours à une fille et un garçon, qui par le plus grand des hasards se plaisent, de chanter une chanson d’amour en se regardant dans les yeux et en dansant un slow, c’est un peu too much. Ou le fait qu’en quelques mois seulement, Paula passe de ses premières règles au départ du nid familial. Mais Victoria Bedos assume: «C’est l’avantage de la fiction! Vous savez, j’ai eu pas mal de profs starbouillos (soit «un peu fous») qui m’ont poussé à me dépasser. Et l’adolescence est un moment où les grands bouleversements arrivent en même temps.»

Bref, ce film s’adresse en premier lieu aux enfants et aux adolescentes romantiques. Mais les cinéphiles risquent de rester sur leur faim.

Cinéma: Arena/Balexert/Rex/Rialto (TDG)

Créé: 16.12.2014, 19h17

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...