Ruxandra Zenide, miracle sur grand écran

CinémaLa cinéaste genevoise d’origine roumaine évoque son deuxième film, «Le miracle de Tekir».

Comme l’héroïne de son film, «Le miracle de Tekir», Ruxandra Zenide est enceinte.

Comme l’héroïne de son film, «Le miracle de Tekir», Ruxandra Zenide est enceinte. Image: GEORGES CABRERA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ce qui frappe lorsqu’on la rencontre, c’est que tout comme l’héroïne de son film, Ruxandra Zenide est enceinte. Hasard ou coïncidence? Ni l’un ni l’autre, Le miracle de Tekir ayant été tourné avant que l’heureux événement ne soit connu. Après Ryna, c’est le deuxième long-métrage de cette cinéaste genevoise d’origine roumaine qu’on suit depuis plusieurs années.

Votre film parle d’une employée d’hôtel prodiguant des soins à des femmes stériles grâce à une boue miraculeuse. D’où est venue cette singulière idée?

En Roumanie, il existe une légende évoquant une boue qui traite les femmes infertiles. Et j’avais envie de parler de deux femmes dont les convictions s’opposent. Cette part de mystère, voire de mysticisme, je la retrouve totalement dans ce scénario coécrit par Alex Iordachescu et une écrivaine roumaine. Un scénario qui traduit mon désir de filmer le monde invisible.

Où avez-vous déniché l’hôtel incroyable où se situe le film?

C’était un casino désaffecté au bord de la mer Noire. Tout le reste est du travail de décor. J’avais envie d’un espace un peu abstrait.

Et les sources de boue, elles existent telles que vous les avez filmées?

Oui, et elles bouillonnent même comme ça. Elles sont très profondes, jusqu’à 300 mètres. Et pendant la pleine lune, elles débordent.

Ces paysages étaient-ils faciles à filmer?

Oui, mais s’il pleuvait, on ne pouvait pas tourner.

Dans le rôle de Lili, on retrouve Elina Löwensohn, comédienne très ciblée cinéma d’auteur. Pourquoi avoir pensé à elle?

Comme moi, elle est Roumaine d’origine et a quitté son pays à 14 ans. Je l’avais découverte dans Amateur d’Hal Hartley. Puis je l’ai rencontrée à Namur, en 2005. Je lui ai montré mes films. Elle devait jouer dans un autre projet, qui ne s’est pas monté. Ensuite, j’ai écrit Le miracle de Tekir pour mes deux actrices, elle et Dorotheea Petre, qui était déjà dans Ryna. En plus, il y a eu une véritable alchimie entre les deux. Et je ne m’y attendais pas forcément.

Quelles sont vos ambitions avec ce film?

J’espère bien sûr qu’il va toucher le public. Et qu’il tracera son chemin. Il est passé dans plusieurs festivals et les gens l’aiment bien. J’ai un autre projet, depuis, que j’espère monter. Le cinéma d’auteur est à un carrefour en ce moment. Mais peut-être que le cinéma était l’art du XXe siècle et qu’il va changer du tout au tout.

«Le miracle de Tekir» A l’affiche au Scala dès demain; séance en présence de la réalisatrice et de la musicienne Aisha Devi: jeudi 7 avril à 20 h.

(TDG)

Créé: 04.04.2016, 17h49

Critique

Douceur et sensibilité

Nous sommes au bord de la mer Noire, dans une contrée à la fois magique et sauvage. C’est là qu’une jeune femme accusée de sorcellerie se réfugie, dans un hôtel de luxe où les femmes traitent leur infertilité. Elle va se lier d’amitié avec une riche cliente et lui faire profiter de ses dons. La rencontre est singulière, entre noirceur et lumière. Pour son second film, Ruxandra Zenide convoque la légende et l’emmène faire un tour dans des contrées où tout semble possible à tout moment. L’aspect fantastique du récit, parfaitement assumé, vient ainsi se greffer sur les motifs de la chronique intimiste sans que l’un cède sous la pression de l’autre. Les deux comédiennes forment un duo harmonieux, et à travers leurs portraits, la cinéaste révèle sa sensibilité et une certaine douceur qu’on sent poindre sous des paysages plutôt apocalyptiques. Le miracle de Tekir paraît être une sorte de rempart ultime contre la fin du monde, devenant à son tour une sorte de miracle autarcique levant le voile sur un univers parallèle aussi trouble que fascinant.






























































Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le PLR repousse son vote sur la démission de Maudet
Plus...