Revilliod pensait que c’était un Raphaël

DécryptageLorsqu'il a acheté cette «Vierge au chardonneret», le mécène de l'Ariana croyait qu'il s’agissait d’une variante authentique du tableau visible aux Offices à Florence.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le mécène de l’Ariana avait acquis cette «Vierge au chardonneret» avec la certitude qu’il s’agissait d’une peinture authentique du maître italien Raffaello Sanzio (1483-1520), dit Raphaël. Le vendeur était le marquis Campana, marchand et collectionneur auquel le Musée du Louvre consacre ces temps-ci une grande exposition. Ce Campana achetait beaucoup, et parfois ce qu’il revendait n’était pas ce qu’on croyait.

Vers 1867, quand Gustave Revilliod fait l’emplette de sa «Vierge au chardonneret», il est convaincu qu’il s’agit d’une variante par Raphaël du tableau du même peintre, visible aux Offices à Florence. Revilliod est si sûr de son affaire qu’il répond aux sceptiques par un petit ouvrage non signé, imprimé en 1868 à Genève, dans lequel l’esthète croit faire la démonstration de l’authenticité de son acquisition.

Sa visite en 1876 à la «Vierge» des Offices n’enlève rien à sa conviction: «Je l’ai vue le matin, je l’ai vue l’après-dîner et j’ai acquis, après mûr examen l’agréable conviction que mon exemplaire est non seulement authentique, mais un exemplaire que je ne troquerais point contre celui du Musée… Autant de raisons de me réjouir encore et toujours de la belle acquisition que j’ai pu faire pour mon pays.»

Heureusement pour lui, Revilliod n’a pas connu le XXe siècle, au cours duquel le professeur Mauro Natale a établi que sa «Vierge au chardonneret» est une copie anonyme du tableau des Offices. «Une copie très intéressante, car c’est la seule que nous connaissons qui date du XVIe siècle», explique l’expert. «Elle pourrait avoir été réalisée par l’artiste qui restaura l’œuvre de Raphaël retrouvée à Florence en 1547 dans les ruines de la maison écroulée de ses premiers propriétaires. La restauration de l’original et la réalisation de la copie sont remarquables.»

Exposition «Gustave Revilliod (1817-1890)», jusqu’au 2 juin 2019 au Musée Ariana

Créé: 30.11.2018, 14h17


Jésus caresse la tête du chardonneret que Jean lui tend. Cet oiseau au front rouge est réputé avoir arraché de celui de Jésus les épines de sa couronne. Il est signe de rédemption. Selon Revilliod, son tableau a été peint par Raphaël à la demande des moines de Vallombreuse, en Toscane. Une copie du XVIIe siècle s’y trouve encore.


Le collectionneur s’est laissé convaincre que sa «Vierge» avait été peinte par Raphaël de passage à Vallombreuse. «Un autre peintre de l’époque, Raffaelino del Garbo, mort en 1527, y a bel et bien travaillé, créant un quiproquo», confie l’expert italo-genevois Mauro Natale.


Le paysage de droite évoque une ville qui pourrait être Florence, dominée par des collines. Sur l’original de Raphaël, on voit les mêmes arbres. Le restaurateur de 1547 les aurait ajoutés pour masquer des dégâts.


Un pont sur un affluent de l’Arno. On le voit aussi derrière la «Vierge au chardonneret» des Offices. L’auteur de la réplique de la collection Revilliod a copié les arbres que le restaurateur de l’original avait ajoutés. Restaurateur et copiste pourraient ne faire qu’un…

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Votation: faut-il taxer les chiens?
Plus...