Philippe Macasdar gratte le palimpseste genevois

Théâtre«ICI, histoire(s) de Genève» ressuscite des dizaines de voix historiques pour cerner l’identité de la ville.

Philippe Macasdar dans son tohu-bohu de documents.

Philippe Macasdar dans son tohu-bohu de documents. Image: MAGALI DOUGADOS

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À 60 ans, il est connu à la ronde pour ses lumières encyclopédiques sur la Cité de Calvin. Histoire, politique, culture, cosmopolitisme, aucun champ n’échappe à l’œil avisé de Philippe Macasdar, fils d’un Arménien devenu français, comédien, dramaturge, metteur en scène, dix ans conseiller artistique à la Comédie, vingt à la tête du Théâtre Saint-Gervais et détecteur de talents comme personne. Nul n’ignore non plus que le regard porté sur sa ville par les grands de ce monde, c’est son dada.

Or, des célébrités dont le destin est lié à celui de Genève, ça tombe bien, il s’en trouve à la pelle, que Macasdar se plaît à enchevêtrer pour l’Escalade dans le studio au nom de feu son complice, Claude Stratz. De Dostoïevski à Borgès, de Mary Shelley à Robert Musil, de Joseph Goebbels à Rosette Wolczak ou des Pitoëff à Romain Rolland (sans oublier Lénine, D’Alembert ou Strindberg), on ne compte pas les exilés, malades ou touristes, qui ont non seulement traversé notre rade, mais l’ont commentée et y ont laissé des traces.

Pour une cascade de digressions saturées de références, le compulseur compulsif choisit comme point de départ une pièce due à l’Irlandais George Bernard Shaw, «Genève, pages d’histoire imaginaire en trois actes». Imper sur le dos, sacoche à la main, l’ébouriffé joue un voyageur profitant d’une halte au bout du lac pour y déterrer les esprits étrangers ayant œuvré à la «coopération intellectuelle internationale». Il quittera son bureau une heure et demie plus tard, frustré de n’avoir pu citer tous ceux qui le méritaient. Dans l’intervalle, peu importe que l’auditeur n’ait pas suivi tous les recoupements, il aura savouré un montage digne de Godard – quand il tournait «L'Histoire du soldat»… à Genève.


«ICI, histoire(s) de Genève» La Comédie jusqu’au 14 déc., 022 320 50 01, www.comedie.ch

Créé: 11.12.2019, 18h33

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les processus de naturalisation recadrés
Plus...