«Les invités pleuvent sur la 25e édition du GIFF»

FestivalEmmanuel Cuénod a dévoilé l’excitant programme de l’événement audiovisuel qui agitera Genève du 1er au 10 novembre prochains.

Emmanuel Cuénod – ici aux côtés de son attachée de presse, Audrey Gros – a déroulé son copieux menu à la presse mercredi matin, trailers à l’appui, dans l’ambiance tamisée du bar Chez Jean-Luc, l’un des nouveaux toits pour ce 25e GIFF.

Emmanuel Cuénod – ici aux côtés de son attachée de presse, Audrey Gros – a déroulé son copieux menu à la presse mercredi matin, trailers à l’appui, dans l’ambiance tamisée du bar Chez Jean-Luc, l’un des nouveaux toits pour ce 25e GIFF. Image: ENRICO GASTALDELLO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À 25 ans, le Geneva International Film Festival (GIFF) appuie crânement sur l’accélérateur. Sa durée passe de neuf à dix jours. Les lieux qu’il investit se multiplient. Dans son fief de la salle communale de Plainpalais, il inaugure un espace de projection à 360° exclusivement conçu pour les projets numériques. Son budget grossit d’un million – grâce surtout à de nouveaux soutiens privés. Il s’invente un prix additionnel pour couronner un parcours artistique. Il bat des records en termes d’accueil de personnalités… Bref, «ceux qui comptent dans le paysage mondial des arts audiovisuels ont compris qu’il se passe quelque chose à Genève», s’enorgueillit le directeur général et artistique du rendez-vous automnal depuis 2013, Emmanuel Cuénod.

Les nombreux «Special Guests»

Sans viser l’exhaustivité, passons en revue cette foule d’hôtes prestigieux attendus pendant la première décade de novembre. Le Canadien Xavier Dolan viendra recevoir le nouveau Geneva Award pour l’ensemble de sa jeune carrière, laquelle fera l’objet d’une rétrospective intégrale. Autre Canadien de marque, David Cronenberg honorera Genève de sa présence pour projeter la version restaurée du chef-d’œuvre «Crash» (1996) – et se voir remettre au passage le Prix Spécial de cette édition. Costa-Gavras présentera «Bye bye, Europe!», son regard sur la crise grecque par le truchement de Yanis Varoufakis. L’inclassable Français Jan Kounen inondera les différentes sections de ses œuvres protéiformes, dont une série web inédite. Clotilde Courau foulera le sol genevois en tant que membre du jury. Le Palestinien Elia Suleiman montrera son dernier long-métrage, «It must be Heaven». Et l’un des plus grands noms du cinéma sud-coréen, Park Chan-wook, sera distingué du Film & Beyond Award, qui encourage la transversalité entre les formats et les disciplines: le maître offrira au public les «director’s cuts» inédits de sa production. Longue de 150 noms, la liste n’est ici qu’à peine entamée…

Les trois sections compétitives

Rappelons peut-être quelques-uns des principes fondamentaux d’un festival «empêcheur de programmer en rond», selon la formule de son directeur. Il y a un quart de siècle, Cinéma Tous Écrans commençait par sonder les influences réciproques du petit et du grand. Convaincu par la nécessité de rechercher la qualité artistique en décloisonnant les disciplines, le désormais GIFF a poursuivi en intégrant la réalité virtuelle à sa palette. À ces credos pionniers s’est ajouté l’impératif de ne projeter sous son étendard que des premières suisses, qu’il s’agisse de longs-métrages de cinéma, de séries télévisées ou de projets immersifs. En maintenant ce cap, «on est passé d’un événement bien ancré à Genève à un rendez-vous d’envergure internationale», se félicite notre fougueux prospecteur.

Aussi les 180 œuvres diffusées lors de cette édition, y compris 60 digitales, se répartissent entre sept sections dites «convergentes» (mêlant les trois formats), et trois compétitions internationales séparées – couronnées respectivement de Reflets d’Or dotés de 10 000 francs, offerts par la Ville. Rayon cinéma, 10 films ont été sélectionnés sur 600 candidats. On y note une majorité de cinéastes européens et asiatiques, parmi lesquels trois ont déjà été programmés au GIFF par le passé, comme l’étonnant Suédois Johannes Nyholm. Dix séries TV régateront également, en provenance surtout d’Europe de l’Est et de Scandinavie – même si l’on y note la participation du Britannique Russell T Davies. Et pour la troisième édition consécutive, dix propositions de réalité virtuelle témoigneront de la diversité inhérente à ce médium, dont un prometteur «Bodyless» du Taïwanais Huang Hsin-chien.

Les vitrines convergentes

Les festivaliers fidèles trépignent surtout à l’idée de fréquenter la populaire section Highlights, une fourmilière de 25 avant-premières, installations ou créations hors norme (le «J’accuse» de Polanski, le «The Traitor» de Marco Bellocchio, le «The Whistlers» de Corneliu Porumboiu ou les séries TV «Helvetica», «City on a Hill» ou la nouvelle saison de «Quartier des banques»). S’y insèrent encore les 6 plongées numériques dans des tableaux célèbres qui composent un deuxième Musée VR après celui de 2018. Pulsation rassemble, tous supports confondus, des œuvres procédant d’un vif sentiment d’urgence à dire le monde d’aujourd’hui. La nombreuse section Stream (et Stream Kids) déploie un panorama plus grand public. Celle intitulée Future Is Yours regroupe les incursions avant-gardistes dans un lendemain qui chante plus ou moins. Enfin la cellule Bande Originale crée toutes sortes de passerelles entre les univers du son, de l’image, du clip ou de l’expérimentation immersive.

Deux cerises sur ce gâteau de la création audiovisuelle, enfin: la machine à voler virtuelle qui avait ravi l’an passé revient sous la forme d’une machine à nager. Et le binôme comique Yann Marguet-Marina Rollman commentera en direct, non plus le gore «Chucky», mais l’amiral «Cuirassé Potemkine». Parce que, du muet au numérique, l’image révolutionne.


GIFF Du 1er au 10 nov. dans 13 lieux genevois, www.giff.ch

Créé: 09.10.2019, 18h43

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...