Les expositions temporaires du Muséum deviendront payantes

Politique culturelleLe musée le plus fréquenté de Genève devrait mettre un terme à la gratuité totale dès mai 2017.

L'exposition temporaire actuelle au Muséum d'histoire naturelle, sur les dinosaures, devrait être la dernière gratuite.

L'exposition temporaire actuelle au Muséum d'histoire naturelle, sur les dinosaures, devrait être la dernière gratuite. Image: Steeve Iuncker-Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La gratuité pour les expositions temporaires au Muséum d'histoire naturelle, ce sera bientôt terminé. Le journal Le Courrier l'a révélé ce jeudi : alors que l'entrée à l'exposition actuelle sur les dinosaures est encore libre, il faudra passer à la caisse pour la prochaine, sur les fourmis, dès mai 2017. Tel est, du moins, le souhait de Jacques Ayer, directeur du musée depuis 2012. Cela constituerait un retour en arrière, puisque jusqu'en 2003, les expositions temporaires du Muséum étaient payantes .

«Il s'agit d'une mise à niveau par rapport aux autres musées de la Ville de Genève, explique le directeur. Nous sommes la seule institution à proposer la gratuité totale, ce qui limite notre développement. Ces événements coûtent cher: l'exposition actuelle sur les dinosaures, par exemple, a un budget total de 2 millions de francs. Le développement des nouvelles technologies et la nécessité de faire venir des objets d'autres musées a un prix, qui doit être apprécié à sa juste valeur. Nous sommes souvent obligés de faire appel à des mécènes pour pouvoir financer nos expositions temporaires. Avec davantage de moyens, nous pourrons en proposer des plus ambitieuses. Ce qui pourrait contribuer au rayonnement du Muséum au-delà des frontières cantonales et nationales.»

L'entrée se situerait aux alentours de 9 francs, comme au Musée d'ethnographie. Mais les enfants jusqu'à 18 ans conserveraient la gratuité, et les étudiants, apprentis et AVS bénéficieraient d'un tarif réduit. L'introduction de cette mesure pourrait constituer un gain de 500 000 francs par année, même si le nombre de visiteurs payants reste difficile à évaluer. «Cette décision s'inscrit dans la nouvelle politique muséale de la Ville de Genève, qui vise précisément à développer le rôle du musée au cœur de la Cité, à valoriser son expertise sur les problématiques de notre temps, souligne Félicien Mazzola, porte-parole du département de la culture. En outre, nous travaillons notamment sur une harmonisation des tarifs des musées de la Ville, et un expo-pass commun. Leur mise en place pourrait se faire à l'occasion de la prochaine exposition du Muséum.»

Cela risque-t-il de faire baisser la cote de popularité du Muséum, musée le plus visité de Genève avec 250 000 entrées par an? «Nous sommes confiants, réagit le directeur. Cela reste tout à fait abordable. D'autres musées, dont l'entrée est plus chère, affichent une très grande fréquentation. Et lors d'enquêtes internes, nous avons demandé au public s'il serait d'accord que la tarification des expositions temporaires soit réintroduite. A plus de 80%, non seulement les sondés étaient d'accord, mais ils s'étonnaient même de la gratuité actuelle! De plus, si nous n'avons pas les ressources pour organiser de belles et grandes expositions, c'est aussi le public qui en pâtira.» Le président de la Société des Amis du Muséum, Nicolas Vernier, abonde dans ce sens: «A priori, nous sommes pleinement favorables à cette mesure. Payer une entrée, cela semble normal, surtout pour voir une exposition qui demande de grands moyens. Et lorsque celles du Muséum étaient payantes, cela ne les empêchait pas d'être très fréquentées.»

Manque encore la validation politique: la hausse des recettes qu'induirait cette mesure a été inscrite dans le projet de budget 2017 de la Ville, qui doit être approuvé par le Conseil municipal en décembre. «Tant que nous n'avons pas de feu vert officiel, nous continuons de tabler sur notre budget annuel traditionnel, et de chercher des fonds privés pour l'exposition sur les fourmis», précise Jacques Ayer.

Créé: 27.10.2016, 15h17

Articles en relation

Le légendaire Museum rallume les nuits de la vieille ville

Montreux La boîte de nuit de Montreux où dansaient Bowie et Jagger reprend du service. Côté restaurant, le chef restera aux manettes. Plus...

Le Muséum de Genève expose des fossiles extraordinaires

Dinosaures Dans la pénombre, «Arapahoe», une gigantesque carcasse de 27 mètres accueille le visiteur. Emotion et stupeur garanties. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus: le Salon des inventions de Genève reporté en septembre
Plus...