Le centenaire Hans Erni exhorte les Nations Unies à la paix

Les fresques urbaines 6/6La fresque réalisée en céramique par l’artiste lucernois en 2009 encadre le portail de l’ONU à Genève.

La fresque

La fresque "Ta Panta Rhei" résume tout l'art d'Erni: figures mythologiques, corps nus et athlétiques, colombe de la paix, allusions au progrès et au sport, sertis d'une ligne blanche qui les unit. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

De part et d’autre du portail de l’Organisation des Nations Unies monte la garde une fresque en mosaïque créée par Hans Erni. De quoi esquisser un sourire si l’on songe à ces États qui souvent, dans cette enceinte, se regardent en chiens de faïence. L’artiste suisse a inauguré cette œuvre monumentale l’année de ses 100 ans, le 6 juin 2009, affichant une formidable vitalité qui le caractérisa jusqu’à sa mort, en 2015. Il l’a nommée «Ta Panta Rhei», « Tout passe» en grec, car pour Erni, «les changements font partie de la vie».

Ce long ruban coloré exhorte les peuples à la paix. Il célèbre l’amour, la liberté, la dignité, le progrès, le sport. «Laissez percer vos idées, entrez dans les murs, qui ne sont que transparence. Car c’est de l’intérieur que sort tout ce qui est l’esprit des Nations Unies», déclara Hans Erni lors de la cérémonie de dévoilement du monument.

Une oeuvre en trois parties

Scindée en trois parties, constituée de grands carreaux de 60 cm par 100 scellés dans le mur, la fresque s’étend sur 90 mètres de long et 2 mètres de haut, ce qui fait d’elle la plus grande de Suisse. Autre exploit, elle a dû être réalisée en un an. C’est là qu’intervient celui dont le nom figure tout en bas et tout à gauche de l’œuvre: François Ruegg.

Alors professeur aux Arts appliqués, le céramiste s’est vu confier ce travail d’Hercule. «Faire à la main aussi vite quelque chose d’aussi grand était impensable. De plus, je craignais de fausser la proposition artistique d’Erni, se souvient-il. J’ai donc trouvé une solution industrielle en Italie pour imprimer numériquement les dessins qu’il avait exécutés à la gouache. C’était risqué, le procédé était expérimental. Les fichiers étaient extrêmement lourds. Le format choisi pour chaque pièce était conséquent, le même que celui des dalles de la place des Nations. On plaçait des pigments dans l’imprimante à la place de l’encre. Nous testions le procédé, que j’affinais sans cesse avec les techniciens.»

«Faire à la main aussi vite quelque chose d’aussi grand était impensable. De plus, je craignais de fausser la proposition artistique d’Erni. J’ai donc trouvé une solution industrielle en Italie pour imprimer numériquement les dessins qu’il avait exécutés à la gouache. C’était risqué, le procédé était expérimental.»

Le plus grand défi, c’était les couleurs. François Ruegg a utilisé du grès pour les carreaux, qu’il a recouvert d’un engobe blanc: «Il fallait un matériau qui résiste au gel, aux fortes chaleurs et aux brusques écarts de température. Le grès doit être cuit à 1240 degrés; or, plus on monte en température, plus les couleurs perdent en luminosité: les roses brûlent, les jaunes virent au beige, et les noirs au marron.» Erni se dira satisfait du résultat, même s’il rêvait de tons plus vifs.

"Une oeuvre majeure"

«Cette commande a immédiatement suscité son enthousiasme. Il a compris que ce serait une œuvre majeure, la synthèse de son art», résume Jean-Charles Giroud, ancien directeur de la Bibliothèque de Genève et spécialiste d’Hans Erni. «Depuis les années 50, il a milité en faveur de la paix aux côtés des communistes – ce qui lui a attiré la méfiance des milieux artistiques et des institutions en Suisse. Il a ensuite pris ses distances, tout en restant profondément pacifiste.»

Les lignes qui sillonnent «Ta Panta Rhei» relient thèmes et personnages de manière abstraite. Pour Hans Erni, elles évoquaient l’unité. Son vœu pour l’ONU, sans aucun doute.

Créé: 17.08.2019, 10h17

Colombe de la paix

Pas de paix sans colombe. Et pas d’œuvre d’Erni sans ces figures mythologiques, corps nus athlétiques, toisons bouclées, chevaux en mouvement. Toute la grammaire
picturale de l’artiste suisse s’exprime ici. Le trait blanc qui entoure les figures comme un serti est aussi sa signature. Les joints entre les carreaux, gris,
ont donc été peints en blanc par le carreleur à la demande de François Ruegg, pour que ne soit pas brisée la ligne conférant au dessin dynamisme et puissance.

Erni tient bon

Trois hommes arborant dans le dos le serpent et le caducée, emblème des pharmaciens, figurent sur la fresque de gauche. Erni avait initialement dessiné des secouristes portant les couleurs de la Croix-Rouge. «Celle-ci n’a pas souhaité être représentée, il a fallu changer de symbole», commente François Ruegg. Autre exemple de censure: un enseignant se penche sur une jeune fille qui lit. «Un bureaucrate de l’ONU y a vu une incitation à la pédophilie. Mais là, Erni a tenu bon, il n’a rien effacé!»

Fesses censurées

Au milieu de la fresque à droite du portail apparaît le lac Léman, avec un voilier, un poisson de belle taille et deux nageurs athlétiques. «Erni les avait peints nus, on voyait leurs fesses, se remémore François Ruegg. L’ONU à New York a mis son veto. Rémy Pagani et moi sommes allés ensemble à Lucerne voir Erni pour chercher une solution: même s’il jugeait cela ridicule, il a tracé deux traits blancs. Et voilà nos baigneurs en maillot de bain!»

Articles en relation

Exem rend hommage à la BD suisse à Carouge

Les fresques urbaines 5/6 Le dessinateur genevois a habillé le lobby du fameux hôtel BD inauguré au Rondeau en 2018. Plus...

Poussin fait migrer les oiseaux sur une façade

Les fresques urbaines 2/6 Dans la Cité sarde, l’artiste carougeois imagine en 2009 un envol de volatiles sur le mur borgne d’un immeuble. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...