Le Bodmer Lab numérise en continu à Cologny

LivresGrâce à l’UNIGE, la Fondation Martin Bodmer opère la mise en ligne de ses trésors.

Nicolas Ducimetière, membre de l’équipe de recherche du Bodmer Lab et vice-directeur de la Fondation Bodmer.

Nicolas Ducimetière, membre de l’équipe de recherche du Bodmer Lab et vice-directeur de la Fondation Bodmer. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nicolas Ducimetière est l’un des dix-huit membres de l’équipe de recherche du Bodmer Lab. Il est aussi le vice-directeur de la Fondation Martin Bodmer. À ce titre, il dévoile pour nous les coulisses de la numérisation des trésors de la collection de manuscrits et d’imprimés conservés à Cologny.

Cela dit, grâce soit rendue aux directeurs de ce projet formidable, trois universitaires de haut niveau: les professeurs Jérôme David et Michel Jeanneret, ainsi que leur collaborateur scientifique Radu Suciu, tous les trois de l’Université de Genève (UNIGE). Le Bodmer Lab a pu se développer grâce au soutien de l’UNIGE, de la Fondation Martin Bodmer et de la Fondation Ernst et Lucie Schmidheiny. Un comité scientifique international de huit membres, parmi lesquels Jacques Berchtold, directeur de la fondation, chapeaute le tout.

À Cologny, le chantier d’agrandissement des locaux de la Biblioteca Bodmeriana va bon train. Tout est chamboulé au sous-sol de la «grande maison». «La machine est là», annonce Nicolas Ducimetière en entrant dans une petite pièce. «Ce n’est pas sa place habituelle mais à cause des travaux, on l’a déplacée ici.» Cet extraordinaire appareil à numériser permet de photographier à livre ouvert, sans aplatir. «Il s’appelle Cobra car sa silhouette rappelle celle du serpent quand il se dresse!» précise Nicolas Ducimetière. Ce Cobra voit passer sur ses plateaux les plus précieux ouvrages collectionnés par Martin Bodmer. Une installation différente, placée dans une autre salle, accueille les documents numérisables à plat. La photographe spécialisée Naomi Wenger montre comment une précieuse feuille de papier est stabilisée sur du velours grâce au souffle très léger d’un aspirateur.

«Tout ce qui est numérisé par ces deux machines vient enrichir le site bodmerlab.unige.ch, consultable gratuitement», explique Nicolas Ducimetière. «Le projet n’a pas l’ambition de mettre en ligne tout ce que possède la Fondation Martin Bodmer. C’est la mission de l’équipe de recherche d’identifier les documents les plus intéressants de nos collections selon les thèmes retenus.» Ceux-ci sont au nombre de dix actuellement. Nicolas Ducimetière appelle chacun d’eux corpus. Sur le site, ce sont des «constellations» ou «sous-ensembles de la collection de Martin Bodmer, choisis pour leur intérêt et leur rareté».

«On y trouve par exemple, sous le nom d’«Early Modern English Books», 173 documents anglais de 1475 à 1700, parmi lesquels les 37 titres de Shakespeare collectionnés par Martin Bodmer. Tout internaute peut contempler sur son écran la reliure de chaque livre sous toutes ses coutures et son contenu page après page», indique le vice-directeur. «L’étude de ce corpus a fait l’objet d’une publication papier en janvier dernier sous la signature de Lukas Erne et Devani Singh, membres tous les deux de l’équipe de recherche du Bodmer Lab.»

En flânant un peu sur le site bodmerlab.unige.ch, on peut découvrir les autres «constellations»: «Autographes», «Faust», «Collection de Bry» (grands voyages de 1590 à 1634), «Littérature mondiale», «Bodmer Papyri», «Ménandre» (l’ancêtre du «Misanthrope», IIIe siècle de notre ère), etc. «Cette numérisation fournit l’occasion de renouveler notre regard sur nos collections», signale Nicolas Ducimetière. «Par exemple, les boîtes où ces manuscrits sont rangés depuis très longtemps contiennent des petits fragments de papyrus que la prise de vue de très haute précision permet d’identifier mieux que la meilleure des loupes. On peut dès lors savoir exactement à quel trou ils correspondent dans le document!»

Chaque constellation bénéficie sur le Net d’une introduction écrite ou dite en format vidéo par un spécialiste. Citons Marc A. Kolakowski (UNIL) pour «Autographes», Christophe Imperiali (Université de Berne) pour «Faust», Lukas Erne pour la littérature anglaise, Matthieu Bernhardt pour les voyages au XVIe siècle, Jérôme David pour la littérature mondiale et André Hurst pour «Ménandre» (UNIGE).

Les écrits restent. À la Fondation Bodmer, on est bien placé pour le savoir. Le Bodmer Lab publie cette année avec l’UNIGE – à l’enseigne des Éditions d’Ithaque – «Shakespeare in Geneva», «De la littérature mondiale» et «Martin Bodmer et les promesses de la littérature mondiale». Le premier ouvrage, sous la plume de Lukas Erne et Devani Singh, est consacré aux œuvres de Shakespeare dans la collection Bodmer. Le deuxième est une anthologie d’écrits de Martin Bodmer. Le troisième est un essai sur sa philosophie de la littérature mondiale, par Jérôme David.

bodmerlab.unige.ch Voir aussi l’actualité de l’été à la fondation sur fondationbodmer.ch (TDG)

Créé: 25.07.2018, 16h53

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...