Julien Doré cherche à renouer avec le monde

RencontrePour se ressourcer, le chanteur a ressenti le besoin de s’isoler dans un chalet, au cœur des Alpes du sud. Il y a écrit son dernier album, «&», et il enflammera Paléo en juillet.

Julien Doré dans son clip

Julien Doré dans son clip "Le lac" où il rencontre Pamela Anderson Image: Goledzinowski

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Julien Doré vient de passer la nuit dans le bus de sa tournée. A quelques heures de fouler les planches de l’Arena où ses fans l’attendent de pied ferme – nous sommes à la mi-avril – pour le voir livrer sur scène les titres de son dernier album & (à prononcer esperluette), le chanteur français avoue avoir un peu mal au dos. Un détail! Il est de retour pour son public, celui dont il s’est éloigné un temps. Une pause nécessaire, selon lui. Il avait, à l’époque, décidé de s’isoler dans un chalet d’enfance afin de composer avec ses musiciens et de réfléchir à sa place dans un monde où flotte, dit-il, «une peur permanente».

L’artiste de 34 ans, révélé par Nouvelle star il y a tout juste 10 ans, se pose toujours de vraies questions existentielles. D’une voix caressante, il réfléchit à haute voix, parle doucement en enchaînant volontiers les digressions. La célébrité de ses débuts est aujourd’hui assumée. Il partage sans fard sa démarche artistique teintée d’engagement écologique et son désir d’une vie plus saine. Sa route le ramènera en Suisse mi-juillet pour prendre la température du Paléo.

Qu’aimez-vous le plus dans la vie de tournée que vous menez depuis plusieurs mois déjà?

Le fait que je suis à chaque fois bouleversé et surpris de ce qui se passe avec le public. Déjà sur mes premières tournées, je sentais une vraie intensité avec ceux qui me découvraient, qui me suivaient. Mais là, on vient se ressentir. Ce phénomène a plusieurs explications. Quelque chose se produit sur scène, certes, mais aussi en dehors, dans cette époque où nous avons toujours plus besoin de trouver des moments où s’échapper ensemble, où l’on essaie de se dégager de cette brume pessimiste qui nous entoure.

Le titre de votre dernier album & évoque-t-il la notion de lien?

Exactement. C’est le lien à l’autre retrouvé. Mon départ physique vers ces montagnes de mon enfance est né d’une envie de solitude. Quand je quitte Paris, chacun a peur de l’autre (ndlr conséquences des attentats terroristes et de la campagne présidentielle). Je me demande quelle est ma place au milieu des autres, comment peut-on encore fonctionner ensemble et que faire pour trouver une certaine bienveillance, plutôt qu’une haine permanente. La création de & avec mes musiciens m’a permis de renouer avec les gens dans une époque qui prend un plaisir cynique à opposer les êtres.

La nature a-t-elle pris une place plus importante dans votre univers musical et personnel?

Oui. Elle me nourrit par la contemplation, mais pas seulement. Elle me remet à ma place en tant qu’être humain. Quand je contemple le ciel depuis mon chalet perché dans les Alpes du sud et que je peux voir précisément la Voie lactée, je me sens tout petit. Cela enveloppe l’être d’une humilité obligatoire et en même temps d’une prise de conscience sur ce qui nous entoure. Comment puis-je me dire que pour des milliers de raisons ma génération ne va pas prendre soin de cette nature pour celle de demain, potentiellement pour mes enfants? Comment puis-je accepter l’idée de ne pas me battre pour que ce qui reste, dure encore un peu? Nous avons encore la possibilité d’agir pour la préserver.

Dans votre clip Le lac apparaît Pamela Anderson. Pourquoi elle?

En l’entendant s’exprimer à la télévision sur ce qu’elle défend, la cause animale et plus largement l’environnement, je me suis dit que son parcours de femme était fascinant, entre ses débuts dans cette série mondialement connue Alerte à Malibu et son discours aujourd’hui. On a plutôt tendance à condamner les êtres médiatisés à partir du moment où ils essaient de sortir d’un cadre. Célèbre ou non, chacun évolue et il a parfaitement le droit d’être quelqu’un de différent 20 ans après. Dans ce clip de trois minutes, je suis sur ma petite moto, je contemple cette nature vierge qui me fascine avant de renouer avec une icône planétaire sortie des eaux du lac. Je lui ai expliqué ma démarche: injecter dans mes compositions une prise de conscience. Elle m’a gentiment répondu qu’elle trouvait les paroles de la chanson très belle et que l’idée d’y participer la séduisait.

Est-ce que le fait qu’on évoque toujours Nouvelle star, l’émission qui a lancé votre carrière, vous agace?

Ah non. C’est au contraire un super-souvenir qui a pile 10 ans. J’en parle encore avec plaisir et je n’ai jamais essayé de faire oublier cette émission. C’était magique à vivre. Elle a changé ma vie. Elle m’a permis, aujourd’hui, d’être libre, de monter sur scène, d’écrire des chansons. Je ne veux pas l’évacuer de mon parcours car elle a été une forme de naissance.

En dix ans sous les projecteurs, qu’est-ce qui a le plus changé en vous?

L’apaisement et l’évacuation des peurs. Petit à petit. Il a fallu le premier album, puis le deuxième et la tournée avant que je trouve vraiment ma place.

En tant qu’artiste?

Oui. et en tant qu’homme aussi. J’ai commencé à comprendre que les deux n’étaient pas séparés. Que ce qui me nourrit comme artiste est ce que je suis comme être humain. Tout est devenu plus simple à vivre.

Vous vous protégiez énormément?

Oui. Mais au fond cette carapace était saine. J’ai mis du temps à comprendre aussi pourquoi on pouvait s’intéresser à moi soudainement alors que je n’avais pas encore suffisamment travaillé ou écrit de chansons. Je ne suis pas idiot, je savais que tout pouvait disparaître en un quart de seconde et que le lien avec le public passerait par le travail ou par le fait d’injecter qui je suis et comment je vois les choses. Et cela a forcément évolué au fil des années.

Vous êtes plus en accord avec vous-même?

Aujourd’hui, je suis heureux de ce que je vis et j’ai conscience de la chance que j’ai. C’est pour cela que je travaille autant et que je tente des expériences différentes et surprenantes car je m’amuse. Je ne veux surtout pas créer mollement.

D’où l’importance d’une vie saine?

Tout est lié. Je ne veux pas donner l’illusion d’être un professeur de fitness ou un nutritionniste. J’aime bien boire un bon vin avec mes copains. Je fume quelques cigarettes mais c’est vrai que j’ai besoin de ces zones un peu saines qui m’aident à me concentrer, à retrouver l’énergie dont j’ai besoin. C’est pour cela que j’ai décidé de retourner m’installer dans le sud.

Nyon, Paléo
mercredi 19 juillet www.paleo.ch (TDG)

Créé: 11.06.2017, 11h01

Articles en relation

Julien Doré, brume de spleen et libido

Chanson D'une retraite montagnarde, le poète variété ramène l'album «&», treize chansons mélancoliques. Plus...

Julien Doré bichonne son côté pop suave

Concert Le chanteur français joue «Løve» ce mercredi soir à la salle des fêtes de Thônex. Plus...

Au vif du sujet

Qu’est-ce qui vous endort?


Pour un bel endormissement j’aime entendre la voix ou les mots des autres à la radio ou dans des podcasts. Ils me plongent directement vers le sommeil. Ce qui m’endort, dans le sens qui m’ennuie, ce sont les gens qui se gargarisent à travers l’ego. A travers les mots, ils imposent leur volonté de surexposition. Et je ne peux pas m’empêcher de ramener cela aux politiques. Face à eux, je ne peux dormir que d’un œil.

Quel défaut avez-vous hérité de vos parents?


L’extrême pudeur. En dix années de musique sous les projecteurs, je pense avoir toujours protégé, même d’une façon très forte, ma famille et mes proches. Je ne supporte pas l’idée qu’une lumière médiatique puisse leur voler quelque chose ou les montrer. Cela peut devenir un défaut car comme chacun d’entre nous partage cette attitude au sein de la famille, on ne se dit pas toujours ce que l’on devrait se dire.

Un plat que vous ne mangerez jamais?


Tout ce qui se rapproche de la viande. La première chose qui me vient à l’esprit est la tête de veau et les abats. Je trouve fou, par exemple, d’imaginer une tête d’animal dans mon assiette.

Bio express

1982 Fils unique, il naît à Alès, dans le Gard en France.

2007 Plébiscité par le public, il décroche la première place du télé-crochet Nouvelle star et connaît le succès avec sa reprise de la chanson Moi, Lolita d’Alizée.


2008 Sortie de son premier album Ersatz.


2009 Il remporte sa première victoire de la musique dans la catégorie «album révélation».


2011 Sortie de son deuxième album, Bichon, suivi de Løve en 2013 et & en 2016.


2015 Il est élu artiste masculin aux Victoires de la musique.


2017 Il joue son propre rôle dans la série Dix pour cent diffusée sur France 2.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.