F-LEX, le festival qui relie les gares et les populations

MobilitéFin avril, un week-end culturel gratuit réduira les distances au sein du Grand Genève.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sur le site internet du rendez-vous transfrontalier organisé aux quatre coins du nouveau réseau ferroviaire, un grand F ondule, se tortille et se transmue. Contrairement au festival qu’elle annonce, l’anamorphose n’est pas gratuite. Elle évoque la mobilité, la diversité et la quête du beau: de même que les trains déplacent, les populations se brassent et les artistes créent, faisant fi des frontières.

Quelques mois à peine après le lancement du Léman Express, il fallait bien qu’une manifestation culturelle le salue, lui dont les gares jouxtent désormais les théâtres. Après tout, si le chemin de fer est capable de redessiner une région en en reliant les points, tisser des liens est également le propre des arts du spectacle. Élargir le territoire tout en réduisant ses distances, telle était la volonté des initiateurs du projet F-LEX.

21 compagnies sur les rails

À l’origine de la proposition, l’Association des communes genevoises (présidée par Xavier Magnin) et le Pôle métropolitain du Genevois français (dont Gabriel Doublet est le vice-président), en partenariat avec le Grand Genève, ont confié au directeur de Château Rouge Annemasse, Frédéric Tovany, et aux codirecteurs de la Comédie de Genève, Denis Maillefer et Natacha Koutchoumov, le soin d’élaborer le contenu pluridisciplinaire d’une fête se voulant avant tout populaire. Mot d’ordre du groupe de travail piloté par Gabriel Doublet et la conseillère administrative de Confignon Elisabeth Gabus-Thorens: que la population s’approprie pleinement le Léman Express, non seulement en tant qu’usagère, mais également en tant que public.

Toutes ces personnalités, auxquelles s’est joint le conseiller administratif de la Ville de Genève en charge de la culture, Sami Kanaan, ont tenu mercredi une conférence de presse divulguant aussi bien les intentions que la teneur de l’événement qui aura lieu les 25 et 26 avril prochains. L’excellence de la collaboration transfrontalière y a été saluée, en dépit des obstacles juridiques rencontrés. Et le magistrat a profité de l’occasion pour appeler de ses vœux que la culture redevienne une priorité pour la gouvernance d’un bassin grand-genevois comptant un million d’habitants.

Les directeurs des deux théâtres responsables de la programmation ont ensuite déroulé le copieux menu des festivités: de Lancy-Pont-Rouge à Bellegarde, de Champel à Bonneville ou des Eaux-Vives à Thonon, pas moins de 21 compagnies suisses et françaises occuperont neuf gares du réseau, quand elles ne se produiront pas dans l’une de ses rames. Danse, musique, acrobatie ou théâtre seront de la partie, offrant un vaste panel de formes tantôt participatives, grand public ou intimistes. «En adoptant la ligne de chemin de fer comme ligne directrice de notre sélection, nous mettons en lien la matérialité du rail avec la poésie des arts vivants», a insisté Frédéric Tovany.

18 spectacles sur les quais

Certaines des troupes conviées sont bien connues des Genevois. Comme le collectif 3615 Dakota, qui installera deux jours durant ses «Bains publics» à proximité des thermes de Thonon, ou la Cie 7273, qui transmettra sa technique de danse FuittFuitt à une centaine d’amateurs dès lors maîtres de leurs articulations.

F-LEX, c’est aussi l’installation de la Cie Carabosse, qui invite ses spectateurs à déambuler entre des flammes contrastant avec les Eaux-Vives toutes proches. À Champel puis Bonneville, deux membres de la Cie Ioannis Mandafounis dansent pour deux individus aussi longtemps que les regards se soutiennent. Hypermobile, Massimo Furlan dissémine quant à lui ses Supermen senior sur pas moins de sept parvis.

Un sommet poétique sera atteint à Lancy grâce à la méditation en apesanteur de la Cie Rhizome, mais également quand le Théâtre du Centaure fera surgir sa créature mythologique en gare d’Annemasse. Fabrice Melquiot et les compagnons d’Am Stram Gram chuchoteront encore aux oreilles de pique-niqueurs chêne-bourgeois, pendant que toutes sortes de musiques résonneront le long des caténaires. Enfin, on se réjouit de faire le crochet par La Roche-sur-Foron, et d’y choisir une chanson d’amour entonnée rien que pour soi parmi les titres du juke-box de Xavier Machault.


F-LEX Festival du Léman Express les 25 et 26 avril, www.f-lex.info

Créé: 19.02.2020, 19h37

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus: les courbes s'aplanissent
Plus...