Expositions sur grand écran

CinémaEn une semaine, trois documentaires sur des musées seront projetés à Genève. Zoom sur une tendance

«Le Grand Musée», film sur les dessous du Kunsthistorisches Museum de Vienne, sort mercredi.

«Le Grand Musée», film sur les dessous du Kunsthistorisches Museum de Vienne, sort mercredi. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En ce dimanche matin, il y a foule devant le cinéma Bio. Il faut dire que la projection est unique. Inscrit dans le cadre de la série Expositions au cinéma, le documentaire La jeune fille à la perle invite à découvrir les trésors du Mauritshuis. Le musée néerlandais, qui a rouvert cet été après deux ans de travaux, possède de nombreux chefs-d’œuvre, dont le mystérieux portrait de Vermeer.

Le succès du film est tel que des dizaines de personnes ne pourront pas assister à la séance. Peut-être se rattraperont-elles ce week-end, avec le nouveau volet de la série au Bio, sur l’exposition Rembrandt, les dernières œuvres. Sans compter la projection d’un documentaire sur le musée de l’Ermitage au Domaine de Penthes, pour accompagner l’exposition La Suisse par les Russes du Musée des Suisses dans le monde. Et la sortie, ce mercredi au cinéma, du Grand Musée, documentaire sur le Kunsthistorisches Museum de Vienne (voir ci-dessous)…

Diversifier l’offre
Même si cette soudaine abondance de documentaires sur des musées est principalement due aux hasards du calendrier, elle s’inscrit dans une tendance: celle de diversifier l’offre des cinémas. Retransmission d’opéras, de ballets, de concerts, de matches de foot… Tout cela fait partie du programme alternatif ou complémentaire, comme on dit dans le jargon. Qui rencontre un certain succès, mais pas au point de bouleverser les habitudes.

«Il s’agit de proposer un autre contenu à des gens qui viennent déjà au cinéma», estime Patricia Dumont, responsable du Bio. Elle précise cependant que la série Expositions au cinéma est diffusée dans de nombreuses autres salles, et qu’elle n’a le choix ni des films, ni des dates. Car tout cela est décidé en fonction de l’actualité muséale en Europe. Mais pour cette première saison au Bio, la série marche fort. Et il reste encore deux séances en plus de celle sur Rembrandt: l’une sur Van Gogh en avril, l’autre sur les impressionnistes en juin.

«Le documentaire sur les expositions reste assez marginal chez nous, explique Umberto Tedeschi, directeur de la programmation pour Pathé Romandie. Ça marche assez bien, mais il ne servirait à rien d’en faire trop car le public potentiel reste limité. On essaie de choisir des documentaires de qualité, qui ont des chances d’attirer du monde et sont promus par les distributeurs. Ces films souffrent d’un certain manque de visibilité, mais cela nous demanderait trop de moyens.»

Un complément à la visite
Pour Camille Verdier, directeur artistique du Musée des Suisses dans le Monde, la projection du documentaire L’Ermitage dévoilé se justifiait pleinement. «Nous avons cinq œuvres prêtées par l’Ermitage dans l’exposition. Monter ce film nous permet de présenter une institution emblématique de la culture russe, à travers ses grands trésors et ses coulisses.» Un vrai cadeau, puisque les deux séances de dimanche seront gratuites. Par contre, les places resteront limitées!

Mais pourquoi aller voir une exposition au cinéma alors qu’on pourrait la voir en vrai? Question de budget, ou de temps, pour certains. De respect de l’environnement, également: pas envie d’aller en avion dans une grande ville juste pour visiter un musée. «Je suis fan de cinéma et de culture, raconte une habituée de ce genre de projection. Le film donne l’occasion d’admirer les œuvres dans les moindres détails, avec des explications de spécialistes et en découvrant comment on monte une exposition.» Pour ce jeune homme qui s’est rendu au Mauritshuis il y a quelques mois, ce documentaire constitue l’occasion de se remémorer et de compléter le voyage.

Et sur le fond, tout le monde est d’accord: voir ces documentaires ne remplace pas la visite des lieux et l’admiration des œuvres en direct. Les réalisateurs le savent bien, eux qui doivent donner envie d’y aller sans trop les dévoiler. Ils ne font qu’évoquer le déroulé de l’exposition, analysant quelques œuvres spécifiques, expliquant le contexte historique et artistique, et évoquant la vie de l’artiste. «Il s’agit de films de promotion», souligne Patricia Dumont. Et ça marche! Car on en ressort de la séance bien plus érudit, mais avec un seul désir: aller voir les tableaux…

«Rembrandt, les dernières années», di 8 mars à 11 h au cinéma Bio, rue Saint-Joseph 47. «L’Hermitage dévoilé», di 8 mars à 14 h et 16 h, à la salle Le Grenier, restaurant du Domaine de Penthes, 18, ch. de l’Impératrice. «Le grand musée», au cinéma dès mercredi 11 mars (TDG)

Créé: 06.03.2015, 18h07

Dans les coulisses d'un grand musée

"Le Grand Musée", c’est un film sur le Kunsthistorisches Museum, à Vienne. Effectivement l’un des plus grands musées du monde. Johannes Holzhausen avait donc de quoi raconter en suivant la rénovation d’une aile de l’institution.

Comme Frederick Wiseman dans "National Gallery", le réalisateur a choisi le mode de l’immersion, sans interview ni commentaire. Il semble avoir réussi à devenir invisible pour se glisser dans les réserves, les ateliers de restauration, les archives ou les réunions de marketing. On assiste ainsi à des scènes cocasses, comme une chasse aux pièges à mites, un parcours en trottinette pour aller chercher une impression ou une discussion sur la forme d’une lettre pour un flyer.

Mais, alors que Frederick Wiseman s’est concentré sur les œuvres et ceux qui les fréquentent, l’auteur du Grand Musée a plutôt abordé l’institution viennoise comme une entreprise. Il a parcouru les différents échelons de la hiérarchie, de la directrice générale à la surveillante en passant par le responsable de département qui prend sa retraite.

Cependant, à force de se concentrer sur le fonctionnement du lieu, le documentaire perd un peu de son intérêt. Car le but d’un musée est avant tout de présenter des œuvres d’art à un public. Or, ni l’un ni l’autre ne se trouvent mis en valeur dans ce film. Dommage.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.