Evian décline tout l’art d’aimer

ExpositionLe Palais Lumière de la cité thermale consacre son exposition d’été à la représentation du sentiment amoureux à travers les âges.

«Couple s’embrassant sur un banc», héliogravure de Charles Jodelet.

«Couple s’embrassant sur un banc», héliogravure de Charles Jodelet. Image: MUSÉE CARNAVALET/ROGER-VIOLLET

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Amuser tout en émouvant: c’est l’ambition des trois commissaires, Dominique Marny, Raphaële Martin-Pigalle et Robert Rocca, qui ont œuvré pendant deux ans pour monter L’art d’aimer, de la séduction à la volupté, l’exposition qui sert de carte de visite à Evian cet été. Ils ont pour cela rassemblé quelque 350 œuvres et documents montrant l’évolution du sentiment amoureux au fur et à mesure des époques et des supports artistiques.

Les travers de la vie à deux

Inspirés par le propos de Romain Gary – «Aimer est une aventure sans carte et sans compas, où seule la prudence égare» – les commissaires ont fait preuve d’audace, cherchant à confondre ceux qui les mettaient en garde contre la difficulté de l’opération. A l’apport des trois commissaires s’ajoute celui du scénographe, Frédéric Beauclair, qui a littéralement transformé le Palais Lumière. Le visiteur est d’emblée saisi par le tapis rouge éclatant sur lequel il progresse, avant de découvrir les œuvres à travers divers filtres. «Comme en amour, on ne donne pas tout d’un coup; et comme en amour, l’œuvre doit être méritée», explique Frédéric Beauclair.

Huit parties rythment le parcours. «L’amour et ses mythes», seule concession à la mythologie et à l’allégorie sur lesquelles les commissaires ont volontairement fait l’impasse, sert d’introduction avant de céder la place à l’amour courtois puis à l’art de la galanterie. Font suite l’amour au quotidien – avec des œuvres consacrées aussi bien au mariage, au désir et à la volupté (Picasso, Haas, Rodin…) qu’aux travers de la vie à deux (la série Intimités de Vallotton) – et la séparation.

Longue lettre poignante

Le sous-sol du Palais Lumière s’ouvre sur «le courrier du cœur», la correspondance amoureuse sous toutes ses formes, de la carte postale naïve à la longue lettre poignante. Parmi les documents exceptionnels présentés, les onze feuillets dans lesquels Antoine de Saint-Exupéry laisse parler le Petit Prince pour exprimer à la jeune femme rencontrée dans un train entre Oran et Alger la tristesse de l’amoureux éconduit. Ou encore la lettre touchante, truffée de fautes d’orthographe, sur un cahier d’écolier, d’Edith Piaf à Louis Girardin.

Revues (Nous deux en tête), affiches de cinéma, notamment celle de La belle et la bête de Jean-Denis Maclès, vidéos et nombreuses photos, de Doisneau à Jacques Henri Lartigue en passant par Man Ray (notamment les superbes nus de Nusch illustrant les poèmes d’Eluard) complètent cette promenade à travers l’art d’aimer, parfois déroutante pour le visiteur.

Créé: 18.06.2012, 19h35

Infos pratiques

«L’art d’aimer», Palais Lumière d’Evian, jusqu’au 23 septembre. Ouvert tous les jours de 10 h 30 à 19 h, sauf le lundi de 14 h à 19 h. Renseignements à l’Office du tourisme. www.eviantourisme.com, tél. 0033 450 75 04 26.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...