Croustillante Valérie Mauriac

HumourL’humoriste genevoise «déballe tout», à l’enseigne de son nouveau spectacle, qui égratigne Genève.

Valérie Mauriac dans l’antre de l’API, où elle présente son nouveau spectacle, «Valérie Mauriac déballe tout».

Valérie Mauriac dans l’antre de l’API, où elle présente son nouveau spectacle, «Valérie Mauriac déballe tout». Image: steeve iuncker-gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

On l’avait laissée seule en scène au Palais Mascotte en 2013. Avec la drôlerie et l’irrésistible débit qui la caractérisent, Valérie Mauriac y moulinait force histoires rocambolesques et anecdotes trafiquées, à l’enseigne d’un one-woman-show qui la voyait brocarder la télé-réalité débile, l’Administration fiscale cantonale ou le trafic en ville. Trois ans plus tard, la revoilà sur les planches de la Maison du patrimoine et des arts graphiques (API). Pour sa quatrième prestation en solo, Valérie Mauriac déballe tout. C’est en tout cas ce qu’elle laisse entendre sur l’affiche de son nouveau spectacle.

«Ce titre est directement inspiré d’une manchette de journal, vue dans la rue: «Valérie Trierweiler déballe tout!» Ça a provoqué un déclic.» Loin des remue-ménage politiciens, l’humoriste genevoise a concocté une série de sketches «croustillants, mais pas grinçants». Bien dans la ligne de cette grande fille de 1,80 m, «girafe ascendant moustique» comme elle se présente, qui se définit aussi volontiers comme «humourienne» – plaisante contraction d’humoriste et de comédienne, un terme qu’elle a déposé à l’Institut fédéral de la propriété intellectuelle.

Rousseau l’a dit

Décortiqueuse du quotidien, cette ex-étudiante en littérature allemande médiévale (sic) a certes grandi à Zurich, mais c’est à Genève que la souriante quadra a posé ses valises depuis belle lurette. Et c’est bien la cité du bout du lac qu’elle égratigne. «Au cours de ce show de 1 h 30, je me moque gentiment de ce qui fait la beauté de notre ville: les pistes cyclables, la gare Cornavin, l’aéroport, les soins médicaux. Tout part d’une citation de Jean-Jacques Rousseau: «Les Genevois ont beaucoup d’argent et beaucoup d’humour. Mais ils ne montrent ni l’un ni l’autre.» Pas faux…

Valérie Mauriac, elle, s’en donne à cœur joie. «On vit dans une société rude et anxiogène. Pour faire oublier la gravité d’un certain nombre de sujets, je parle d’un certain nombre de mésaventures personnelles, dans lesquelles les spectateurs peuvent se retrouver. J’évoque également le monde du travail, en donnant notamment des conseils de survie en open space.» Un sujet concernant…

A la fin de son spectacle, notre brune aux yeux bleus sort un paquet d’une quarantaine d’affichettes de la Tribune de Genève et du Matin. «Je fais participer le public pour savoir si elles sont vraies ou fausses. Il peut y avoir des surprises…»

Confiance et audace

Avec ce quatrième one-woman-show, Valérie Mauriac arrive-t-elle à un tournant? Entre 2013, date de son Puisque je vous le dis, et aujourd’hui, pas mal d’eau a coulé sous les ponts. «J’ai gagné en confiance et en audace», résume l’intéressée. Concrètement, elle a notamment écrit une comédie en trois actes, Le plat à gratin, qu’elle montera quand elle en trouvera le temps. «L’histoire se passe à Noël, tout le monde se fout sur la gueule au moment de l’ouverture des cadeaux…» Elle a aussi collaboré à la mise en scène d’une autre comédie, Le tableau, de David Yol et Alexandre Goretta, et va terminer sa formation de comédienne au Conservatoire populaire. En juin, elle interprétera Macha dans Les trois sœurs, d’Anton Tchekhov, dans le cadre de l’examen de fin de 5e année.

«Désormais, je veux mettre l’écriture au centre de ma vie», affirme celle qui a travaillé autrefois dans des univers professionnels aussi variés que la radio, la photo, l’événementiel, la banque ou l’horlogerie. «Mon but, ce n’est pas forcément de me retrouver à l’Olympia dans cinq ans. Mais je tiens à faire de la scène mon métier. Ce qu’il y a de bien dans le domaine de l’humour, c’est que les sources d’inspiration sont illimitées…»

«Valérie Mauriac déballe tout» Jusqu’au 24 avril, API, rue du Vuache 25. Du mercredi au samedi à 20 h. www.valeriemauriac.com (TDG)

Créé: 06.04.2016, 15h31

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Khashoggi, l'Arabie saoudite et le Yémen
Plus...